•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des arbitres mineurs victimes d’intimidation

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un jeune arbitre procède à une mise au jeu.

Un jeune arbitre procède à une mise au jeu.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un père de Sherbrooke déplore que les arbitres mineurs qui veillent au respect des règles pendant les parties de hockey mineur se fassent intimider par certains parents et des entraîneurs.

Cette pression importante pousse plusieurs jeunes officiels à abandonner ce boulot. C’est pourquoi Steve Beauchemin a décidé de s'impliquer avec ses deux fils cette saison pour tenter de les protéger contre cette pratique.

Pour le père de famille, l’arbitrage est devenu une activité familiale. La présence de Steve Beauchemin sur la glace auprès de ses deux fils contribue, selon lui, à limiter les risques d'intimidation.

Steve Beauchemin et ses fils sont dans le vestiaire de l'aréna.

Steve Beauchemin et ses fils arbitrent ensemble des parties de hockey.

Photo : Radio-Canada

Je pense qu'en aidant les jeunes sur la glace, c'est plus facile pour eux et en même temps, cela apaise un peu les parents et les entraîneurs quand il y a des discussions avec les arbitres, souligne Steve Beauchemin.

Son fils Justin, 13 ans, affirme que la présence de son père demeure rassurante lorsqu’il occupe son poste d’arbitre. C'est sûr que quand il y a un adulte, ça aide à l'autorité, admet-il.

C'est pas toujours facile de prendre une décision et les coaches ne sont pas toujours du même avis que nous.

Nathan Beauchemin, arbitre de 15 ans

Son frère Nathan et lui arbitrent généralement quatre parties chaque fin de semaine

Un arbitre lève la main.

Les arbitres demeurent un poste moins longtemps, notamment en raison de l'intimidation, croit Stéphane Dion.

Photo : Radio-Canada

Défi de recrutement

Le directeur général de Hockey Sherbrooke, Stéphane Dion confirme que le recrutement de nouveaux arbitres demeure tout aussi difficile que de retenir ceux qui sont déjà en poste.

On a de moins en moins de vétérans qui durent 5, 10 ou 15 ans comme arbitre. Généralement, ils vont faire un an ou deux ans. Après ça, souvent, on les perd.

Stéphane Dion, directeur général Hockey Sherbrooke

Selon lui, l’intimidation dont sont victimes les arbitres pourrait contribuer à accentuer ce problème de recrutement généralisé dans les arénas du Québec.

Quand on se met dans la peau d'un arbitre qui embarque sur la glace et qu'il y a des parents qui vont porter des commentaires désobligeants envers les arbitres, ces personnes-là sont des humains et ça devient difficile d'encaisser toujours la critique, souligne Stéphane Dion.

Des spectateurs sont dans les gradins de l'aréna et observent la partie de hockey.

Des spectateurs et des entraîneurs sont parfois durs envers les jeunes arbitres qui possèdent moins d'expérience à ce poste.

Photo : Radio-Canada

Il ajoute aussi que le problème de rétention des arbitres entraîne l’arrivée de davantage d’arbitres avec moins d’expérience. Ces derniers ont ainsi plus de chances de commettre des erreurs.

Miser sur l’éducation

Comme il n'y aurait pas de hockey sans arbitres, Steve Beauchemin considère important de sensibiliser les parents au fait que les jeunes officiels sont en apprentissage.

Souvent c'est difficile de prendre une décision claire pour un adulte, alors pour un jeune de 13, 14, 15 ans, c'est encore plus dur de prendre la décision, illustre-t-il.

Un jeune arbitre siffle.

Des arbitres mineurs sont victimes d'intimidation de la part d'entraîneurs et de spectateurs pendant les parties de hockey.

Photo : Radio-Canada

Ces deux fils, qui jouent au hockey la semaine avec les Barons du Séminaire de Sherbrooke, aiment ce nouveau rôle et considèrent qu’ils les aident à devenir de meilleurs joueurs.

Pour Nathan Beauchemin, ce rôle permet de voir le jeu et la patinoire sous un nouvel angle.

Je connais plus mes règlements parce que j'arbitre et ça m'aide à mon équilibre en patinant sans bâton, ajoute son frère Justin Beauchemin.

Hockey Sherbrooke songe à imiter Hockey Québec et à faire porter un brassard vert aux jeunes arbitres de 18 ans et moins, afin d’appeler les parents et les entraîneurs à faire preuve de patience et d’indulgence.

D’après le reportage de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !