•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un succès qui ne se dément pas au tournoi de hockey Fer-O

Des jeunes s'affrontent lors du tournoi Fer-O. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Louis Garneau

Radio-Canada
Mis à jour le 

L’organisation du 43e tournoi de hockey Fer-O est victime de son succès. Bien qu’elle se félicite de la popularité du tournoi, qui bat son plein sur la Côte-Nord, elle estime que l'événement est près d'atteindre sa capacité maximale.

Cette année, 84 équipes prendront part au tournoi de hockey Fer-O, soit 18 de plus que l'an passé.

Alors que la compétition se tient traditionnellement à Mani-utenam et à Sept-Îles, des parties auront lieu à l'aréna de Port-Cartier cette année pour combler les besoins en temps de glace.

Selon le vice-président hockey du tournoi Fer-O, Normand Côté, composer les horaires de temps de glace a été tout un casse-tête cette année.

Le vice-président hockey du tournoi Fer-O, Normand Côté

Le vice-président hockey du tournoi Fer-O, Normand Côté

Photo : Radio-Canada

On a atteint notre pleine capacité parce qu'à Sept-Îles, on a que trois arénas disponibles et le fait d'accueillir 84 équipes et de ne pas en refuser nous a obligés cette année à déplacer 28 parties à Port-Cartier, explique-t-il.

En tout, 162 parties ont dû être condensées entre le 22 et le 26 janvier, contraignant les organisateurs à prévoir des matchs dès 7 h le matin jusqu'à 23 h le soir.

On est chanceux; mère Nature est de notre bord en fin de semaine, mais on a déjà tenté l'expérience il y a plusieurs années et [on s’est retrouvé] avec une tempête où tu as des équipes qui sont prises à Port-Cartier qui doivent revenir pour jouer d'autres matchs, alors c'est une logistique qui est dangereuse, illustre Normand Côté.

Un modèle féminin

Bien que le vice-président du tournoi Fer-O prévoie restreindre le nombre d'équipes l'an prochain, l'organisation entend continuer ses efforts pour favoriser la diversité au sein du tournoi.

La hockeyeuse Ann-Sophie Bettez en pleine séance d'autographes.

La hockeyeuse Ann-Sophie Bettez en pleine séance d'autographes

Photo : Radio-Canada

Elle mise en ce sens sur la hockeyeuse professionnelle Ann-Sophie Bettez comme présidente d'honneur du tournoi.

C'est de donner un rêve à ces filles-là pour [qu'elles soient] capables de dire : "Regarde, moi aussi, un jour je peux jouer dans une ligue professionnelle". Donc donner une possibilité de voir quelqu'un en réel et de dire "ben OK, elle, elle l'a fait, elle s'est rendue à l'équipe nationale, ben peut-être que moi aussi je peux le faire" , indique la hockeyeuse de 32 ans originaire de Sept-Îles.

Si ça peut allumer une étincelle, bien ce sera travail accompli.

Ann-Sophie Bettez, hockeyeuse professionnelle

Comme la majorité de ses camarades féminines, Ann-Sophie Bettez est contrainte de concilier un emploi, dans son cas comme planificatrice financière, avec sa carrière de hockeyeuse.

Ann-Sophie Bettez.

Ann-Sophie Bettez est attaquante pour les Canadiennes de Montréal, dans la Ligue canadienne de hockey féminin.

Photo : Radio-Canada

Si elle soutient que les iniquités entre hommes et femmes soient encore trop nombreuses dans le domaine, elle estime que la situation est en voie de changer.

C'est la raison pour laquelle je veux continuer à m'impliquer [dans le] hockey féminin, pour continuer sur ce développement-là, assure l’athlète.

D’après le reportage de Nicolas Lachapelle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Compétitions sportives