•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le froid extrême aidera à combattre le dendroctone de l’épinette, estiment les experts

Un dendroctone de l’épinette dans un arbre.

L’infestation de dendroctones de l’épinette dans le nord de la Colombie-Britannique est la plus importante jamais vue dans la province, mais les experts croient que le froid récent pourrait avoir réduit les nombres.

Photo : Jeanne Robert/ministère des Forêts de la Colombie-Britannique

Radio-Canada

Les experts spécialisés dans l’étude des insectes qui se nourrissent et se reproduisent sous l’écorce des arbres croient que la vague de froid qui a touché la Colombie-Britannique dans les dernières semaines sera bénéfique pour combattre l’infestation de dendroctone de l’épinette.

Les experts mentionnent que le froid est arrivé de façon si soudaine que les insectes n’ont pas eu le temps de s’en protéger. « Les températures doivent être en dessous de -40 C pendant plus de deux jours pour tuer les dendroctones, ce qui a été le cas dans certaines régions de la province en janvier », explique l’entomologiste de la province, Jeanne Robert.

Un homme est penché vers un tronc d'arbre coupé, une petite hache à la main.

Les équipes forestières vérifient comment le froid affecte les dendroctones après la vague de froid qui a frappé le nord de la Colombie-Britannique en janvier.

Photo : Jeanne Robert/ministère des Forêts de la Colombie-Britannique

Des équipes de la province sont maintenant sur le terrain pour évaluer les effets de la vague de froid et le taux de mortalité qu’elle a causé. 

« Il est difficile de distinguer un dendroctone vivant d’un mort. Il faut donc réchauffer chaque insecte pendant quelques jours pour voir s’il revient à la vie », explique le directeur du programme de foresterie de l’Université de la Colombie-Britannique, Allan Carroll.

Gros plan sur des larves du dendroctone de l’épinette dans du bois.

Les larves du dendroctone de l’épinette peuvent survivre aux températures plus froides, mais vont mourir après quelques jours si les températures sont extrêmes.

Photo : Radio-Canada

Les experts estiment qu’il faut que 95% des larves hibernant sous l’écorce des arbres meurent pour mettre fin à une infestation.

« Nous ne saurons pas avant l’été à quel point la vague de froid a touché la population de dendroctone », admet Allan Carroll.

Dendroctone du pin versus dendroctone de l’épinette

L’infestation de dendroctones de l’épinette est encore loin de celle du dendroctone du pin qui a touché le secteur des montagnes Rocheuses de la Colombie-Britannique et de l’Alberta il y a 16 ans et qui est à ce jour la plus importante jamais vue dans le monde, rappelle Jeanne Robert.

Sauf que le dendroctone de l’épinette est beaucoup plus difficile à tuer, rappelle les experts entre autres parce que le dendroctone du pin se cache exclusivement sous l’écorce des arbres alors que le dendroctone de l’épinette va parfois plus creux dans l’arbre et utilise aussi le plancher forestier en décomposition où il est mieux protégé.

Avec les informations d'Yvette Brend

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Faune et flore