•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un locataire saccage un appartement, le propriétaire dénonce le manque de recours

Le reportage de Sébastien Tanguay

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Radio-Canada

Un propriétaire de Québec se retrouve avec un logement saccagé par un ancien locataire qui n’a pas payé son loyer pendant trois mois. Danny Girard estime les dommages à plusieurs dizaines de milliers de dollars et il dénonce le manque de recours dans la province.

Danny Girard possède un duplex à Beauport. L’un de ses locataires, qui habitait son logement depuis quatre ans, n’a pas payé de loyer depuis septembre.

Après des mois de démarches auprès de la Régie du logement, le locataire a été évincé au début du mois de janvier.

Du moment qu'un gars disparaît, ne te paie plus, et ne se présente pas à la Régie, et que tu viens le visiter, et il n’était jamais là, déplore M. Girard.

Un lavabo plein de détritus, montrant des cernes de saleté.

Le lavabo de la salle de bain

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Jusqu’à tout récemment, ses deux chiens de type pitbull étaient laissés à eux-mêmes dans le logement, laissant ce dernier dans un état insalubre.

Juste nettoyer, les pertes de loyer : ça va être à peu près 10 000 $. Et remettre l'appartement en état, étant donné que les armoires sont souillées, je ne peux pas revernir ça, les comptoirs sont cassés, ça va virer autour de 40 - 50 000 $, là, estime le propriétaire, qui craint la faillite.

De nombreux objets sont empilés sur une tablette sale.

Le propriétaire estime que les dommages s'élèvent à plus de 50 000 $.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Des propriétaires en manque de recours

La Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ) dénonce depuis des années le manque de recours des propriétaires.

Un locataire sur trois laisse son logement dans un état inacceptable pour le locataire suivant qui va rentrer, affirme le directeur général, Hans Brouillette.

Selon les données compilées par la CORPIQ, les frais engendrés par des locataires négligents sont d'environ 150 millions de dollars par an pour l'ensemble des propriétaires.

Le Québec est le seul endroit où on ne peut exiger aucun montant en garantie, aucun dépôt en garantie, alors évidemment ça déresponsabilise les locataires et rend vulnérables les propriétaires de logements, déplore-t-il.

De longs délais judiciaires

Le propriétaire Danny Girard affirme avoir commencé ses démarches auprès de la Régie dès qu’il a pu, en fonction des procédures établies.

Selon l’avocate spécialisée en relation propriétaire-locataire, les délais écoulés entre le non-paiement et l’éviction par l'huissier sont normaux.

Et là, bien sûr, il y a une fenêtre de temps au Québec où on ne peut pas expulser un locataire, du 23 décembre au 2 janvier. Et lui, il est tombé en plein dans cette période-là, donc il a été expulsé début janvier, précise Mélanie Chaperon.

Le propriétaire a toujours l’option de poursuivre le locataire pour lui réclamer le montant des dommages. Mais il faut le retrouver, les délais sont d’environ deux ans et la personne doit avoir les moyens de rembourser la somme.

L’avocate suggère aux propriétaires d’effectuer une visite au moins une fois par année pour vérifier l’état du logement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Société