•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Bernier prépare déjà sa prochaine campagne

Le reportage de Daniel Thibeault.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Daniel Thibeault

Trois mois après sa cuisante défaite électorale, Maxime Bernier demeure déterminé à implanter sa nouvelle formation politique dans le paysage canadien. Chef à temps plein du Parti populaire du Canada (PPC), il poursuit les levées de fonds et les discours publics et se dit prêt à défendre sa bannière dès la première élection complémentaire.

Quand l’ex-député de Beauce débarque au café où nous lui avons donné rendez-vous, ponctuel, tiré à quatre épingles et tout sourire, Maxime Bernier a l’air de tout sauf de celui qui a mordu la poussière aux élections d’octobre dernier.

La position sur l'abolition de ce cartel de la gestion de l'offre n'a certainement pas aidé, mais je n'en veux pas aux agriculteurs beaucerons, dit-il en entrevue à l’émission Les Coulisses du pouvoir. Les gens ont voté pour garder leurs privilèges et c'est la nature humaine. […] Moi je regarde vers l'avenir et c'est un avenir pour les idées. L'offre politique qu’amène le Parti populaire au Canada, il faut bâtir là-dessus.

Le chef du PPC a déjà tourné la page et prépare sa prochaine campagne. Car pas question d’abandonner son projet politique. Le parti a une permanence, des employés, de l’argent et des idées qui méritent d’être défendues, dit le chef, même si à peine 1,6 % des électeurs l’ont choisi le 21 octobre dernier.

Le Parti vert, ça leur a pris 20 ans pour avoir [...] 1,6 % du vote. Nous, on a fait ça en un an.

Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada

Candidat en Beauce ou en Alberta

Maxime Bernier défendra de nouveau ses idées lors de la prochaine élection. Et il se présentera dans la circonscription où il a les meilleures chances d’être élu, que ce soit en Beauce ou en Alberta.

Je pourrais me présenter n'importe où au Canada, dit-il. On va analyser les comtés et moi, en tant que chef du parti, mon rôle c'est d'être à la Chambre des communes le plus rapidement possible. Le critère […] c'est le comté qui est prenable pour Maxime Bernier.

Il compte d’ailleurs être de la course dès la première élection partielle, qu’elle soit déclenchée dans le sud de l’Alberta ou au centre-ville de Toronto. Le Parti populaire a des idées et on va utiliser cette élection partielle-là pour promouvoir les idées, dit-il.

En attendant, il s’affaire déjà à recruter pour la prochaine élection générale. Presque la moitié des 314 candidats de l’an dernier ont signifié leur intention de se présenter à nouveau. Le chef du Parti populaire souhaite avoir sélectionné ses 338 aspirants d’ici la fin de l’année.

À la recherche d’une tribune

Sans siège et sans député, l’ex-député de Beauce sait que défendre ses idées auprès des Canadiens sera un défi. C'est certain que c'est plus difficile d'être dans les médias nationaux, il faut se l'avouer. Il faut trouver une alternative pour faire en sorte que nos idées soient écoutées, avoue-t-il.

Cette tribune, c’est une chaîne YouTube que lancera le Parti populaire le mois prochain. Produit dans le sous-sol de sa maison, qu’il a converti en studio de télévision, Les nouvelles de Maxime (The Max Bernier Show en anglais) sera diffusé une fois par semaine. Le chef y défendra ses idées, telles que l’abolition de la gestion de l’offre ou la fin des subventions aux grandes entreprises, et commentera aussi l’actualité politique. L’idée est de maintenir le contact avec ses militants et d’attirer peut-être de nouveaux adeptes.

La course à la direction du Parti conservateur fera partie des sujets qu’il compte aborder.

Je vais justement commenter les prises de position des différents candidats pour la chefferie du Parti conservateur.

Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada

Mais déjà, ses attentes sont bien modestes. Pour moi, peu importe les candidats, c'est du pareil au même. On va parler de régler les questions difficiles, mais on ne dira pas comment. On va essayer de plaire à tout le monde, lance-t-il.

C'est sans amertume ni regret qu'il regarde son ancien parti se chercher un nouveau chef, lui qui a perdu de justesse contre Andrew Scheer la dernière fois. Aujourd’hui, Maxime Bernier ne se retrouve plus au sein du parti qui l’a fait grandir sur la scène politique canadienne, simplement incapable de faire des compromis sur les positions qu’il veut défendre.

L’entrevue accordée par Maxime Bernier sera diffusée à l’émission Les Coulisses du pouvoir dimanche à 11 h HE sur ICI Télé et ICI RDI.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique