•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Calgary, une chasse controversée à l’éléphant ne sera finalement pas mise aux enchères

Trois éléphants dans la savane africaine.

Le gagnant de cette enchère aurait été le premier ressortissant étranger à obtenir un permis pour chasser l’éléphant au Botswana, depuis la levée de l’interdiction en mai 2019.

Photo : iStock / Pedro Hélder da Costa Pinheiro

Radio-Canada

Une expédition de chasse à l’éléphant au Botswana qui devait être mis aux enchères dans un événement du club de safari de Calgary ce weekend ne sera finalement pas disponible lors du dîner de financement annuel du groupe prévu samedi soir.

Les organisateurs ont pris cette décision après les protestations de militants pour les droits des animaux.

La mise aux enchères de l’expédition d’une durée de deux semaines devait avoir une mise de départ de 84 000 dollars. 

Ce permis de chasse est le premier offert à des étrangers depuis que le Botswana a levé l’interdiction, en mai 2019, de chasse aux éléphants se trouvant sur son territoire.

Les militants pour les droits des animaux considèrent que chasser l’éléphant d’Afrique ne devrait pas être permis, car ils doivent être protégés en raison de son statut d’espèce vulnérable établi par l’organisme Fonds mondial pour la nature.

« Cette population animale est sous attaque et le Canada contribue au déclin de l’espèce. C’est choquant », dénonce le directeur adjoint de Humane Society International Canada, Michael Bernard.

Il ajoute que « les éléphants sont une espèce très importante dans leur environnement et que leur disparition aurait un effet en cascade sur d’autres espèces ce qui entraînerait des conséquences désastreuses ».

Humane Society de Calgary s’est également exprimée contre la vente aux enchères de l’expédition en publiant plus tôt cette semaine une lettre sur les médias sociaux signalant sa forte opposition à la chasse aux trophées.

Le président du Safari Club de Calgary David Little a répondu aux critiques en affirmant que la population d’éléphants a prospéré pendant l’interdiction de les chasser au Botswana.

« Les militants ont le droit à leur opinion, mais les dirigeants du Botswana ont le droit de gérer leurs populations animales comme ils le veulent. Qui sommes-nous pour leur dire quoi faire de leur faune? Ce serait une forme de néocolonialisme », croit-il.

Bien que le voyage de chasse ne sera plus mis aux enchères lors du dîner de financement annuel prévu samedi, le club de safari de Calgary a annoncé sur Internet son intention de vendre l’expédition de façon privée.

Avec les informations de Lucie Edwardson et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Animaux