•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le périmètre de recherche au Lac-Saint-Jean élargi à 10 km

Un véhicule et un autobus de la Sûreté du Québec sont garés à proximité l'un de l'autre.

Le poste de commandement mobile, qui se trouve dans cet autobus, est toujours au Lac-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Steeven Tremblay

Radio-Canada

La Sûreté du Québec a annoncé samedi avoir élargi le périmètre de recherche au Lac-Saint-Jean à 10 kilomètres pour retrouver les motoneigistes français disparus depuis mardi soir.

Les recherches ont été suspendues à la tombée de la nuit et la décision de les reprendre ou pas sera prise tôt dimanche matin.

Des plongeurs de la Sûreté du Québec (SQ) avaient retrouvé vendredi le corps de Gilles Claude, qui était âgé de 58 ans. Il était à plus de deux kilomètres de l'endroit où des motoneiges avaient été découvertes plus tôt durant la semaine.

Le sergent Hugues Beaulieu, un porte-parole de la SQ, a expliqué que désormais, [les recherches] se déroulaient davantage à Alma, dans le secteur de Saint-Cœur-de-Marie, plutôt qu’à Saint-Henri-de-Taillon.

Il a aussi indiqué que les recherches menées dans l'eau, sur terre ainsi que les recherches aériennes mobilisaient toujours une trentaine de membres de la Sûreté du Québec.

Un raccourci connu, mais risqué

Par ailleurs, deux motoneigistes rencontrés par Radio-Canada ont confirmé que le chemin emprunté par le groupe sur le lac est connu comme un raccourci pouvant faire gagner une heure de transport pour se rendre à Saint-Gédéon. Plusieurs motoneigistes empruntent également ce chemin pour aller pêcher sur le lac en hiver.

Mais ça prend des gens expérimentés et qui connaissent la place pour venir ici, explique Richard Pagé, un motoneigiste d'Alma qui fait partie des équipes de surveillance des sentiers de motoneige.

Afin de s'orienter sur le lac, les gens d'expérience se fient à la position de l'île Ronde, mais ce point de repère peut rapidement disparaître si le soleil se couche ou s'il y a trop de blizzard.

[Dans ces cas-là] on rebrousse chemin, confirme pour sa part Alain Coderre.

Avec les informations de Pascal Poinlane et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !