•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La libération conditionnelle totale de l'ex-policier qui a tué Sammy Yatim afflige la famille

Une femme blonde et une jeune femme aux cheveux courts en conférence de presse dans une maison.

Sahar Bahadi et Sara Ann Yatim, lors d'une conférence de presse tenue vendredi.

Photo :  CBC

Radio-Canada

La mère et la sœur de Sammy Yatim, l'adolescent tué par balle par un policier dans un tramway de Toronto en 2013, ont été profondément peinées d'apprendre que l'ex-policier qui l'a tué a obtenu une libération conditionnelle totale. La famille a réitéré son appel pour que justice soit faite.

S'exprimant lors d'une conférence de presse vendredi, la mère de Sammy Yatim, Sahar Bahadi, a déploré que la famille n'ait pas été informée de l'audience de James Forcillo devant la Commission des libérations conditionnelles du Canada cette semaine.

Accorder la libération conditionnelle de Forcillo sans nous informer de cette demande de libération conditionnelle nous a complètement brisés.

Sahar Bahadi, mère de Sammy Yatim

Cette décision en notre absence a créé un tout nouveau type de douleur et n'est pas acceptable sur le plan éthique. J'ai accordé au système judiciaire, à la police et aux avocats le bénéfice du doute et ils m'ont laissé tomber à maintes reprises, a déploré Mme Bahadi.

Sammy Yatim a été abattu par James Forcillo à bord d'un tramway en 2013 alors que l'adolescent brandissait un couteau. Après une première série de coups de feu, le policier avait tiré six balles de plus sur la victime de 18 ans. James Forcillo a toujours soutenu qu'il croyait que Sammy Yatim était en train de se relever pour l'attaquer, une version que le jury avait rejetée.

Un homme se dirige vers un palais de justice

James Forcillo

Photo : La Presse canadienne / MARTA IWANEK

James Forcillo, maintenant âgé de 37 ans, avait été reconnu coupable de tentative de meurtre et condamné en 2016 à six ans de prison. La Cour d'appel de l'Ontario avait maintenu le verdict en 2018.

M. Forcillo avait obtenu une semi-liberté après 21 mois de prison, une décision qui avait déjà surpris et choqué la famille de Yatim.

Lors de la conférence de presse, vendredi, Sahar Bahadi a de nouveau remis en question la justification de la condamnation de James Forcillo à seulement six ans de prison et sa libération conditionnelle moins de deux ans plus tard.

Ce que je ne comprends pas, c'est comment on peut l'accuser de tentative de meurtre alors que mon fils est mort, a-t-elle déclaré.

Nous avons besoin de rendre justice à Sammy et tous ceux qui sont ou ont été victimes de violences policières. J'ai perdu foi et confiance... Je ressens de l'injustice et de la peur... mais je n'arrêterai pas de me battre et de plaider pour mon Sammy.

Sahar Bahadi, mère de Sammy Yatim

Mme Bahadi a déclaré que perdre son fils était la chose la plus difficile à laquelle elle a dû faire face et que sa fille Sara Ann Yatim n'a pas été la même depuis sa mort.

Je n'ai pas de vie. Comment puis-je avoir une vie, a déclaré Sara Ann Yatim. Mon frère est mort. J'ai tout perdu dans ma vie.

Elle a confié être épuisée, mais a ajouté que la famille continuerait de se battre jusqu'à ce que son frère obtienne la justice qu'il mérite.

Mon frère ne reposera pas en paix tant que [James Forcillo] ne sera pas de retour derrière les barreaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Forces de l'ordre