•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incertitude sur l’avenir du centre Connexion Carrière à Calgary

Des mains tenant un téléphone intelligent devant un bureau sur lequel se trouvent des crayons et un ordinateur.

À l’heure actuelle, selon les informations sur le site Internet de la province, le gouvernement écrit qu’il ne prévoit pas publier un appel d’offres distinct pour les services d'aide à l'emploi pour les francophones.

Photo : getty images/istockphoto / HAKINMHAN

Charlotte Dumoulin

Connexion Carrière, le centre d'aide à la recherche d'emploi pour les francophones de Calgary, a appris cette semaine en voulant faire le renouvellement de son contrat que le gouvernement n'aurait plus l’intention de lancer un appel d’offres spécifique aux services en français.

Dans les documents de l'appel d'offres disponibles sur son site web, la province écrit qu'elle remettra au total six contrats à des organismes pour offrir les services de recherche à l'emploi dans la région de Calgary.

Trois des centres qui remporteront l'appel d'offres devront répondre aux besoins d'une clientèle distincte, soit une clientèle avec des handicaps, une clientèle issue de l'immigration et une clientèle avec faible revenu.

Les trois autres sélectionnés devront quant à eux offrir des services à tous les Albertains anglophones et francophones dans la métropole, ce qui dépasse le mandat de Connexion Carrière.

Dans ses documents, la province précise qu'il n'est pas prévu de faire un appel d'offres séparé pour les services en français pour le moment. Cela signifierait donc que les services d'aide à l'emploi aux francophones à Calgary offerts par Connexion Carrière depuis 2008 ne seraient pas financés directement par la province.

Toutefois, le gouvernement demande aux organismes qui desserviront la clientèle anglophone et francophone d'identifier des employés pouvant parler, lire et écrire en français.

L'avenir pour Connexion Carrière

Est-ce que cette nouvelle laisse présager la fin de Connexion Carrière? Est-ce que les francophones de Calgary devront bientôt aller voir les centres anglophones pour obtenir des services? Ni Connexion Carrière, ni leur administrateur, le collège Bow Valley, ne veulent formuler de commentaires à ce point-ci.

Le gouvernement de l’Alberta n'a pas répondu à nos questions également, mais il s’engage à le faire lundi.

N’empêche, cette nouvelle inquiète des membres de la communauté francophone de l’Alberta.

Le Conseil de développement économique de l'Alberta (CDEA) ne comprend pas que cette décision survienne alors que la province a une politique de service en français.

« Quand un francophone va arriver à une ACFA régionale, au CANAF ou à la Cité des Rocheuses, et va dire je veux des services à l’emploi, où va-t-on le diriger maintenant à Calgary? », se demande Étienne Alary, le directeur général du CDEA, qui a écrit une lettre au ministère des Services sociaux et communautaires.

Selon lui, il est important dans les prochaines semaines d’ouvrir un dialogue avec le gouvernement.

Le mot lobbying devient très important. Il faut vraiment sensibiliser nos élus.

Étienne Alary, directeur général du Conseil de développement économique de l'Alberta

Ce dernier tentera d'ailleurs de les convaincre de la nécessité des services d'aide à l'emploi pour les francophones particulièrement à Calgary.

« Il faut leur montrer que des fois des structures de gouvernance qui sont faites par des francophones et gérées par des francophones peuvent être moins couteuses que si c’est fait par un organisme de la majorité qui reçoit un supplément pour offrir X ou Y », dit Étienne Alary.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique provinciale