•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une victime de vol d’identité dénonce une protection insuffisante de Desjardins

Tommy Dolbec, un résident de Dudswell, a découvert en juillet dernier que plusieurs comptes bancaires avaient été ouverts avec ses données personnelles.

Tommy Dolbec, un résident de Dudswell, a découvert en juillet dernier que plusieurs comptes bancaires avaient été ouverts avec ses données personnelles.

Photo : Radio-Canada / Fanny Lachance-Paquette

Radio-Canada

Après un vol d’identité, une victime de la fuite de données massive survenue chez Desjardins dénonce le fait que la protection offerte aux victimes de vol d'identité par l’institution financière ne couvre pas tous les frais, sans compter les longs délais dans le traitement de son dossier.

Tommy Dolbec, un résident de Dudswell, a réalisé en juillet dernier que plusieurs comptes bancaires avaient été ouverts avec ses données personnelles.

Après avoir contacté la police, Equifax et TransUnion, M. Dolbec contacte les services de Protection Desjardins mis en place pour venir en aide aux membres dont les données personnelles avaient été volées. Il a fait de nombreux appels. Les délais étaient longs du côté de Desjardins, explique-t-il.

Je pense que le montant que je demandais n’était pas déraisonnable.

Tommy Dolbec

Par la suite, le policier responsable de son dossier lui a suggéré de faire affaire avec le Bureau canadien de crédit, le BUCC, pour vérifier sa cote de crédit.

Avant de faire affaire avec le BUCC, Tommy Dolbec a contacté Desjardins pour savoir si les frais de 400 $ d'ouverture de dossier seraient pris en compte. On lui a assuré que oui, au bout du fil. Au moment de faire ses réclamations, l’institution refuse de lui rembourser les frais.

Une compensation de 1000 $

Le jeune homme dépose alors une plainte réclamant qu'on lui rembourse les 400 $ ainsi que 2000 $ pour compenser toutes les démarches qu'il avait dû entreprendre.

Desjardins lui a en retour proposé 1000 $ en échange d'une quittance finale et totale et d'une clause de confidentialité. L’entente signifiait que si jamais il était à nouveau victime de fraudes et qu’il avait d’autres démarches à faire, il ne pouvait plus avoir de recours auprès de l’institution financière.

Tommy Dolbec a refusé l’entente.

C’est depuis un mois ou deux que les banques ont arrêté de m’appeler pour me réclamer l’argent.

Tommy Dolbec

Conscientiser les jeunes

Toutefois, bien qu'il soit un peu amer de son expérience avec Desjardins, le jeune homme avance que son objectif n'est pas de s'en prendre à la coopérative. Il veut plutôt conscientiser les groupes les plus à risque, notamment les jeunes.

Je suis quelqu’un d'un peu organisé, mais jamais je n’ai ouvert mon compte Equifax. Je ne vérifiais pas souvent ma cote et mes demandes de crédit. Maintenant, c’est une pratique que je fais quotidiennement, explique-t-il.

Dans une réponse écrite, Desjardins soutient qu'elle ne paiera pas pour rembourser un service que son programme de protection offre déjà à ses membres.

Cette protection ne rembourse pas les frais de services et d’accompagnement offerts par le BUCC, car leurs services sont similaires à l’accompagnement offert par la Protection Desjardins et ne font pas partie des professionnels admissibles, peut-on lire dans le courriel.

En ce qui concerne les longs délais de traitement, l’institution financière se défend que chaque situation est unique.

Il est donc impossible de confirmer le temps moyen pour restaurer l’identité d’une personne. Toutefois, nous assurons un accompagnement personnalisé tout au long du processus de restauration de l’identité d’une personne, avance Desjardins.

Tommy Dolbec pourrait refaire une demande de réclamations en excluant les montants du BUCC, selon Sylvain Théberge, porte-parole de l'Autorité des marchés financiers.

Avec les informations de Fanny Lachance-Paquette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Crimes et délits