•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès pour délit de fuite : vitre et plastique sur les vêtements de Brady Francis

Maurice Johnson quitte le palais de justice.

Maurice Johnson le 24 janvier 2020 à la sortie du palais de justice à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Radio-Canada

La défense a appelé vendredi son premier témoin au procès de Maurice Johnson, à Moncton. L’homme de 57 ans est accusé d'avoir omis de s'arrêter sur les lieux de l’accident qui a causé la mort de Brady Francis, 22 ans, le soir du 24 février 2018.

Le jeune homme de la Première Nation d’Elsipogtog avait été retrouvé mort sur la route Saint-Charles-Sud, à Saint-Charles au Nouveau-Brunswick.

Vendredi, Kimberly Kenny, une membre civile de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), a dit à la cour qu’elle ne pouvait établir un lien entre les fragments de verre retrouvés sur les vêtements de Brady Francis et le camion que conduisait l’accusé, Maurice Johnson.

Elle a cependant mentionné que deux fragments de plastique de couleur noire trouvés sur le pantalon que portait Brady Francis le soir de sa mort étaient semblables au matériel dont est fabriquée la grille en polycarbonate de couleur noir ou autre matériau du véhicule de l’accusé.

Mme Kenny, qui détient un doctorat en chimie analytique, travaille aux laboratoires médico-légaux de la GRC à Edmonton, en Alberta, et a témoigné par vidéoconférence.

Le laboratoire de la GRC ne fait plus l’analyse des fragments de verre, a-t-elle expliqué. Il est possible, selon elle, que Brady Francis soit entré en contact avec un pare-brise le soir de sa mort, mais aussi possible que le verre retrouvé sur ses vêtements provienne d’un autre objet.

Mme Kenny ne pouvait dire quand et comment ces fragments se sont retrouvés sur les vêtements du jeune Néo-Brunswickois.

Brady Francis.

Brady Francis est mort le 24 février 2018 à 22 ans.

Photo : Facebook

Sur le chandail à capuchon que portait Brady Francis le soir de son décès, il y avait cinq fragments de métal, du sang séché, des pellicules de peau, de la poussière, des débris et une matière végétale qui pourrait être de l’herbe.

Mme Kenny a dit vendredi avoir été incapable de repérer des fibres de polymère comme celles du chandail de Brady Francis sur la calandre du camion GMC que conduisait Maurice Johnson.

L’avocat de l’accusé, Gilles Lemieux, a demandé à Mme Kenny si la peinture de l’avant du camion se trouvait sur le chandail de Brady Francis. Il n’y en avait pas, a-t-elle répondu.

La chimiste a aussi dit avoir noté quelques taches rouge-brun sur le chrome du véhicule, mais ne peut affirmer s’il s’agit de sang, car elle n’a pas l’expertise pour faire cette détermination.

Décalcomanies sur la camionnette qui aurait été impliquée dans l'accidentAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La camion GMC Sierra 2003 que conduisait l'accusé.

Photo : GRC

Plus tôt dans la journée de vendredi, la Couronne a retiré sa motion pour faire inclure dans la preuve un rapport de police qui devait servir à appuyer le témoignage, entendu mercredi, de l’enquêteur de la GRC Mathieu Richard.

Le policier avait fait l’analyse des vidéos de deux caméras de surveillance installées près de la route Saint-Charles-Sud, dont les images avaient été enregistrées le soir de la mort de Brady Francis.

La défense contestait la recevabilité du rapport du gendarme. Elle soulignait les différences entre l’heure indiquée sur les caméras et l’heure à laquelle la police disait que les images avaient été captées.

Le procès de Maurice Johnson a débuté le 13 janvier. Il reprendra lundi prochain et doit se poursuivre jusqu’au 31 janvier.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !