•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pêche au homard : une rencontre Canada atlantique et Maine sur fond de désaccords

Un pêcheur de homard.

Photo : Reuters / Brian Snyder

Radio-Canada

Les intervenants de l’industrie des pêches du Canada Atlantique et de celle du Maine tentent un rapprochement ces jours-ci au Nouveau-Brunswick, après l’éclosion de récents désaccords.

Baptisée Lobsters Without Borders et présentée par le Lobster Institute de l’Université du Maine, cette rencontre a lieu vendredi et samedi dans un hôtel de Moncton.

Les pêcheurs du Maine ont récemment accusé les Canadiens d'en faire trop peu pour la protection de la baleine noire de l’Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition dont il ne resterait que quelque 400 individus dans le monde, et dont la mort est souvent causée par des activités maritimes comme la pêche.

Martin Mallet, le directeur général de l’Union des pêcheurs des Maritimes (UPM), réagit à ces accusations. On est en désaccord avec certains propos, comme par exemple, l'idée de fermer les frontières canadiennes, mentionne-t-il. On trouve que c'est une exagération des faits.

Martin Mallet dans une salle de conférence.

Martin Mallet, le directeur général de l’Union des pêcheurs des Maritimes, le 24 janvier 2020.

Photo : Radio-Canada

De nouvelles règlementations obligent les homardiers canadiens à identifier leurs cordages dès 2020. On sait déjà que l’équipement de pêche peut causer de sérieuses blessures aux baleines noires qui s’y empêtrent, et entraînent souvent leur mort.

Près du tiers des blessures graves et des mortalités seraient dû à l’enchevêtrement dans de l’équipement canadien de pêche au crabe, et les Américains aimeraient que les efforts soient équivalents des deux côtés de la frontière.

Nous croyons que nous en faisons beaucoup, et nous aimerions simplement que les pêcheurs du Canada en fassent autant que nous, soulignait vendredi à Moncton le président de l'Association des homardiers du Maine, Kristan Porter.

Kristan Porter dans une salle de conférence.

Kristan Porter, président de l'Association des homardiers du Maine, le 24 janvier 2020 à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Selon M. Porter, si des mesures trop timides au Canada font augmenter les mortalités, les règlementations deviendront encore plus sévères aux États-Unis. Ça nous préoccupe, s’inquiète-t-il.

Martin Mallet s’inscrit en faux contre ces affirmations. Je pense que certains groupes ou certaines personnes aux États-Unis ont une mauvaise perception des choses par rapport à ce qu'on fait au Canada, affirme-t-il. La réalité, c’est que le Canada, on doit gérer cette situation-là depuis seulement 2017, 2018.

Un autre irritant pour les Américains est la relation qui s’est développée entre les pêcheurs canadiens et le marché chinois. Les pêcheurs des Maritimes y font des affaires d’or depuis le début de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

C'est certain que la guerre de tarifs entre les États-Unis et la Chine, ça créée, à un moment donné - surtout l'année passée - une jalousie entre les Américains et le Canada. Il y aussi l'entente de libre-échange avec l'Europe, que nous on a, et qu’eux n’ont pas, croit Martin Mallet.

C’est toujours une inquiétude, de ne pas récupérer ces marchés, admet Kristan Porter.

L’Américain n’est pas le seul à s’en faire. Ces dernières semaines, des élus du Maine ont réclamé un embargo sur le crabe des neiges canadien.

Nat Richard.

Nat Richard, directeur des affaires chez Cape Bald Packers.

Photo : Radio-Canada

Les exportateurs soutiennent toutefois que les industries canadienne et américaine dépendent l'une de l'autre.

Ce n'est rien de nouveau, les usines canadiennes achètent des volumes énormes de homard du Maine. On dit parfois pas loin de 50 % du homard qui est pêché aux États-Unis vient au Canada. Il est transformé, puis il retourne aux États-Unis en produit fini, souligne Nat Richard, directeur des affaires corporatives chez Cape Bald Packers.

Malgré les contentieux, le Maine et le Canada atlantique traversent de bonnes années quant aux volumes des pêches et aux prix d'achat de la ressource.

D’après le reportage de Jean-Philippe Hughes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Industrie des pêches