•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un travailleur humanitaire canadien voit sa peine pour agression sexuelle réduite

Peter Dalglish en juillet 2019 au Népal

Peter Dalglish en juillet 2019 au Népal

Photo : Associated Press / Janak Raj Sapkota

La Presse canadienne

Peter Dalglish, un travailleur humanitaire canadien bien connu au Népal, a perdu son appel d'une condamnation pour agression sexuelle sur deux enfants, mais a vu sa peine réduite à huit ans.

Après des audiences qui ont duré près de quatre jours, un tribunal du Népal a confirmé le verdict de culpabilité de Peter Dalglish, un Canadien originaire de London, en Ontario.

La police népalaise a allégué que Dalglish, 62 ans, avait agressé sexuellement deux garçons népalais âgés de 11 et 14 ans, qui se trouvaient dans sa maison de montagne dans le village de Kartike, à l'est de la capitale. Des policiers l'ont arrêté à son domicile le 8 avril 2018.

Un tribunal de district l'a reconnu coupable en juin dernier et l'a condamné à neuf ans de prison, bien qu'il ait nié avoir commis les gestes qui lui sont reprochés.

En appel, les avocats de Peter Dalglish ont plaidé que son procès avait été inéquitable. Ils ont notamment soulevé des incohérences dans les preuves et le fait qu'aucune des victimes présumées ou des membres de leurs familles ne s'était plainte de lui.

La défense a également déclaré que les deux jeunes s'étaient rétractés dans leurs accusations et que les procureurs n'avaient aucune preuve solide. Elle a également déclaré que le tribunal a ignoré un billet et une carte d'embarquement prouvant que Peter Dalglish n'était pas là lorsque l’un des incidents présumés s'est produit.

Les deux juges qui ont entendu l'appel ont confirmé le verdict de culpabilité, mais ont réduit sa peine à huit ans.

L'équipe juridique de Peter Dalglish envisage maintenant de faire appel de la décision devant la Cour suprême du Népal. Les avocats sont cependant loin d'être optimistes quant à ses chances compte tenu des décisions de justice.

Dennis Edney, un des avocats de Peter Dalglish, demande au gouvernement canadien de s'impliquer dans l’affaire, dans l'espoir de convaincre un politicien de premier plan au Népal qui pourrait aider à la libération de son client.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Procès et poursuites