•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UQAC préoccupée par l’épidémie du coronavirus en Chine

Plusieurs personnes tenant des valises portent de masques respiratoires.

Les autorités de nombreux pays à risque procèdent à des contrôles systématiques à l’arrivée des vols en provenance des zones à risques.

Photo : Getty Images / AFP / Nicolas Asfouri

Radio-Canada

L’apparition du coronavirus a des répercussions jusque dans la région. L’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), qui a de nombreux délégués en Chine, assure suivre la situation de très près.

Actuellement aucune mesure concrète n’a été prise, mais l’Université n’exclut pas de rapatrier ses délégués et ses étudiants, dont Myriam-Cynthia Larouche.

La jeune femme fait une maîtrise en gestion du tourisme à la Central China Normal University et elle se trouve en plein coeur du foyer de propagation du nouveau virus, dans la ville de Wuhan.

Elle indique que l’Université fait parvenir quotidiennement des messages aux étudiants pour les informer sur les précautions à prendre pour éviter de contracter le virus et pour leur dire quoi faire s’ils se sentent mal.

Aussi, dans les deux derniers jours, mon Université, ici, nous a distribué des masques, du savon pour les mains, un thermomètre aussi pour pouvoir prendre notre température puis ils ont créé un code QR. Tous les jours, en fait, on doit rentrer notre température corporelle dans le code puis ils font des analyses avec ça, explique Myriam Cynthia Larouche.

À l’UQAC, on indique travailler en collaboration avec le CIUSSS et le gouvernement canadien pour suivre l’évolution du dossier.

La directrice du service des communications et des relations publiques de l’Université, Marie-Karlynn Laflamme mentionne qu’un professeur doit se rendre en Chine à la mi-février pour aller donner un cours là-bas. D’autres cohortes doivent s’envoler au printemps pour participer à des collations de grades.

Marie-Karlynn Laflamme  dans un corridor de l'UQAC.

La directrice du Service des communications et des relations publiques de l’Université du Québec à Chicoutimi, Marie-Karlynn Laflamme

Photo : Radio-Canada

Il n’y a rien d’annulé pour le moment. Cependant, on suit de très près la situation pour nous assurer encore une fois qu’on n’envoie pas les gens dans une situation qui serait potentiellement dangereuse pour eux et puis on verra si on peut reporter ou si on peut se faire représenter là-bas par soit nos délégués chinois ou encore des collègues, des partenaires, conclut Marie-Karlynn Laflamme.

Le gouvernement chinois interdit aux citoyens de Wuhan de quitter la ville et a suspendu tous les transports en commun vers l'extérieur. L’aéroport a même fermé ses pistes.

L’épidémie a fait 41 morts jusqu’à maintenant.

D'après le reportage de Thomas Laberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Santé publique