•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Construire en bois, maintenant jusqu'à 12 étages

Un édifice en construction avec un plafond en bois.

C’est la première fois qu’une province permet l'utilisation du bois pour des bâtiments de 12 étages sur l'ensemble de son territoire.

Photo : Western archrib

Sarah Xenos

À compter du printemps, les bâtiments allant jusqu’à 12 étages pourront être construits en bois, alors que la limite de la réglementation albertaine est pour l'instant de 6 étages.

C’est la première fois qu’une province instaure une telle mesure sur l’ensemble de son territoire.

Le bois est toujours une bonne chose.

Kaycee Madu, ministre des Affaires municipales de l'Alberta

Sans lésiner sur la sécurité

L’utilisation du bois serait plus sécuritaire encore que l’utilisation de l’acier et du béton, qui, chauffé à un certain degré, finit par s’effriter.

En cas de feu, par exemple, le bois, qui est de grosse dimension, brûle plus lentement que l'acier. Alors on n’a pas besoin de protéger le bois de la même façon que l'acier, explique l’architecte Vivian Manasc.

Viser plus haut

Pour Vivian Manasc, cela veut dire plus de liberté et de flexibilité lorsque vient le temps de concevoir un bâtiment.

Chaque projet va être différent et [le bois] ne convient pas pour toutes les constructions, mais dès qu’on a le choix, c’est vraiment quelque chose de bien, s’exclame-t-elle.

L'architecte Vivian Manasc.

L'utilisation du bois permet une plus grande liberté dans la conception d'un bâtiment tout en restant sécuritaire, pense l'architecte Vivian Manasc.

Photo : Radio-Canada / Manuel Carillos Avalos

Comme il est plus écologique que le béton ou l'acier, l'utilisation accrue du bois dans la construction serait aussi bénéfique pour les producteurs locaux. Le propriétaire de la scierie Boucher et Frères, une entreprise de Nampa, au sud de Peace River, est très heureux de cette nouvelle.

Nous sommes très fiers de travailler avec Kent [de l’usine de transformation Western archrib], pour lui offrir ce dont il a besoin pour ainsi accéder à ce nouveau marché.

Jason Boucher, propriétaire de la scierie Boucher et Frères

C’est du gagnant-gagnant partout, les compagnies peuvent produire plus, et nous pouvons construire plus avec un produit dont l’aspect est fantastique, souligne le responsable du développement de l’entreprise de transformation Western Archrib, Andre Lema.

Avec la taxe américaine imposée sur les produits du bois canadien, cette nouvelle réglementation pourrait favoriser l’essor d’un marché local, puisque la ressource provient de l’Alberta.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Ressources naturelles