•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démission du chef des inspecteurs américains en Irak

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2004 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

David Kay, qui dirigeait l'équipe américaine chargée de trouver d'éventuelles armes de destructions massives en Irak, abandonne son poste en doutant de l'existence même de telles armes.

Le chef des inspecteurs en désarmement américain chargés de trouver d'éventuelles armes de destructions massives en Irak, David Kay, a démissionné, vendredi. M. Kay ne croit pas que le régime de Saddam Hussein détenait des armes chimiques ou biologiques. C'est un vétéran du programme d'inspection de l'ONU, l'américain Charles Duelfer, qui a été choisi pour remplacer M. Kay.

Le groupe d'enquêteurs américains piétine depuis des mois, incapable de trouver la moindre trace de ce qui devait représenter, selon ce que soutenait l'administration Bush avant le déclenchement de la guerre, une menace réelle à la sécurité planétaire.

Malgré des rapports accablants des services de renseignements américains et britanniques selon lesquels le régime Hussein détenait d'impressionnantes quantités d'armes de destruction massive, David Kay a été contraint d'admettre qu'il ne pense pas que de telles armes aient existé.

Cet avis semble aussi partagé par son successeur, Charles Duelfer, qui admettait récemment que «l'objectif de trouver des armes chimiques et biologiques est proche de zéro actuellement».

Washington n'a pas officiellement réagi à cette annonce, mais Londres a émis un communiqué appelant à la patience et affirmant que beaucoup de travail restait à faire en Irak.

Tous les trous sont suspects pour Dick Cheney

Jeudi, le vice-président américain, Richard Cheney, s'est toutefois opposé aux avis des enquêteurs, réitérant sa confiance dans la découverte, un jour ou l'autre, des armes de destruction massive irakiennes.

«Cela va prendre encore beaucoup de temps pour aller voir dans tous les trous en Irak où vous pouvez vous attendre à trouver quelque chose de ce genre», a déclaré, persistant, M. Cheney.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.