•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grippe frappe fort à New Richmond

La mère d'une enfant couchée dans un lit prend sa température à l'aide d'un thermomètre.

Les enfants de New Richmond sont nombreux à présenter des symptômes liés à la grippe.

Photo : getty images/istockphoto / PeopleImages

Isabelle Larose

Bien que la Direction de la santé publique ne parle pas d’une saison grippale hors du commun, l'influenza semble être particulièrement virulente à New Richmond.

Jeudi et vendredi, 25 % des quelque 400 élèves de l’école Le Bois-Vivant de New Richmond étaient absents en raison de symptômes de type grippal.

Encore aujourd'hui [vendredi], explique le directeur Steve Arsenault, on peut voir qu'il y a une centaine d'élèves qui sont absents à cause de la grippe.

M. Arsenault affirme n'avoir jamais vu ce genre de situation. C’est la première fois que c’est concentré dans une seule semaine comme ça. On est en lien avec la Direction de la santé publique, notre infirmière scolaire et la commission scolaire pour prendre les meilleures décisions pour enrayer cette situation-là.

Le CPE Pouce-Pousse de New Richmond n'est pas épargné : près de 20 % des enfants qui fréquentent l'installation se sont absentés en raison de la fièvre.

Le directeur de l'école Steve Arsenault photographié à son bureau.

Le directeur de l'école Le Bois-Vivant, Steve Arsenault.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

L’infirmière scolaire de l’école Le Bois-Vivant a déjà fait la tournée des classes pour rappeler les mesures d’hygiène à adopter.

Le concierge passe ses journées à désinfecter les poignées, les mains-courantes et même les claviers d’ordinateurs, plusieurs fois par jour, ajoute M. Arsenault.

La direction de l'école a également envoyé un mot aux parents pour les inviter à garder leur enfant à la maison lorsqu’ils présentent des symptômes de grippe. L'information a également été partagée sur la page Facebook de l'établissement mercredi.

Il y a des parents, mentionne Steve Arsenault, qui ont décidé aujourd’hui [vendredi ] et hier [jeudi ] de ne pas envoyer leurs enfants à l’école, même s’ils ne sont pas malades, par mesure préventive.

Comme une personne atteinte de la grippe devient contagieuse 24 heures avant que les symptômes n’apparaissent, freiner la propagation du virus est particulièrement difficile dans une école.

L’école est un milieu particulièrement vulnérable à la grippe, il y a beaucoup d’élèves qui se côtoient, à travers le service de garde aussi.

Steve Arsenault, directeur de l'école Le Bois-Vivant

Le directeur a bon espoir que la fin de semaine contribuera à freiner la propagation infectieuse.

On s’attend à ce que la semaine prochaine, ça s’améliore grandement, affirme M. Arsenault. La Direction de la santé publique nous indique que le virus meurt après deux jours sur une surface.

Personne à la Commission scolaire René-Lévesque n’était disponible pour commenter la situation.

La souche de type B plus hâtive

Du côté de la Direction régionale de santé publique de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, on souligne que la grippe « circule largement », mais que la situation n’est pas hors du commun.

La médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive, la Dre Ariane Courville, mentionne que 190 cas de grippe ont été formellement diagnostiqués, ce qui est moins élevé qu’à pareille date l’an passé. La Dre Courville précise toutefois que ce nombre « sous-évalue grandement ce qui se passe dans la communauté », puisque la plupart des gens qui souffrent de symptômes grippaux ne consultent pas nécessairement un médecin.

Une photo montrant une femme en train de se moucher.

La Dre Courville rapporte que le nombre d'appels à Info-Santé concernant la grippe est élevé.

Photo : iStock

La Dre Ariane Courville rapporte que la saison grippale se distingue tout de même, cette année, en raison de la propagation simultanée des souches de type A et B de l’influenza, ce qui pourrait expliquer qu’un nombre élevé d’enfants soient touchés.

Souvent, explique la Dre Courville, la souche A prédomine, surtout en début de saison, et vers la fin de la saison grippale, en mars ou avril, on a une petite reprise de la grippe et c’est souvent une souche de type B. Ce qui est particulier cette année, c’est que les souches A et B circulent depuis le début de la saison grippale en même temps.

La grippe de type B touche davantage les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. Donc, c’est peut-être ça qui fait en sorte que plusieurs enfants sont malades.

La Dre Ariane Courville, médecin spécialiste en santé publique

Même si une personne infectée par la grippe peut être contagieuse sept jours après le début des symptômes, la Dre Courville estime qu’un enfant qui a retrouvé sa forme avant ce délai peut retourner à l’école sans problème : C’est rarement pertinent de retirer un enfant durant une période si longue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Santé publique