•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taylor Swift raconte son trouble alimentaire dans Miss Americana, un documentaire Netflix

Le femme est sur scène et tient un micro dans la main.

La chanteuse Taylor Swift lors des American Music Awards en 2019

Photo : Getty images / DCP / Kevin Winter

Radio-Canada

Présenté en avant-première mondiale au festival du film de Sundance, Miss Americana, réalisé par Lana Wilson, retrace la carrière de Taylor Swift, la célèbre chanteuse pop de 30 ans, de ses débuts dans la musique country à son accession à la célébrité dans le monde entier.

À travers le parcours de Taylor Swift, il y a un thème abordé pour la toute première fois par la chanteuse : les troubles alimentaires.

Elle est trop maigre. Je trouve ça dérangeant, peut-on entendre dans le documentaire dans une compilation de critiques formulées à l’égard de la chanteuse lors d’émissions de télévision. Celle-ci admet que les critiques constantes et l’abondance de photos ont déclenché chez elle un trouble alimentaire.

Ce n’est pas bon pour moi de voir des photos de moi-même tous les jours, dit la chanteuse. Elle admet avoir vécu des moments difficiles : Voir une photo de moi où j’avais l’impression que mon ventre était trop gros… ou que quelqu’un avait dit que j’avais l’air enceinte… m’a poussée à m’affamer un peu – j’arrêtais de manger.

Elle raconte que lors de la tournée pour l’album 1989, qui a eu lieu en 2015, elle était sous-alimentée, et croyait qu’il était normal de se sentir comme si elle allait s’évanouir à la fin du spectacle, ou encore en plein milieu.

Elle précise que ces épisodes de sous-alimentation ne lui étaient « arrivés que quelques fois » et qu’elle n’en était « absolument pas fière ». Maintenant, je réalise que si tu manges de la nourriture, tu as de l’énergie, tu deviens plus forte, tu peux faire tous ces spectacles sans te sentir [affaiblie].

Une confession difficile

Dans une entrevue avec Variety, la chanteuse a ajouté qu’il avait été très difficile pour elle de parler de sa mauvaise relation à la nourriture dans le documentaire.

Je ne me sens pas aussi éloquente que je devrais l’être à ce sujet, parce qu’il y a tellement d’autres personnes qui peuvent mieux le faire que moi. Tout ce que je connais, c’est ce que j’ai vécu.

Elle a également dénoncé les standards de beauté « ridicules » qui sont imposés aux femmes. On voit tellement de contenu sur les réseaux sociaux qui nous font sentir inadéquates, ou pas à la hauteur de ce qu’on devrait être, qu’il nous faut une sorte de mantra à répéter dans nos têtes au moment où on commence à avoir des pensées malsaines ou blessantes.

Pour elle, ce sont les paroles de l’actrice et activiste Jameela Jamil qui ont su la réconforter dans des épisodes de noirceur. Ses discours militants sur l’image corporelle me restent en tête et me calment, affirme-t-elle.

Taylor Swift dit être ailleurs aujourd’hui. Elle n’en a que faire qu’on commente ses gains de poids. Je suis en paix avec le fait que je suis une taille 6 au lieu d’un double 0.

Une sortie nécessaire

La réalisatrice du documentaire, Lana Wilson, est fière que Taylor Swift ait su aborder le sujet avec candeur. C’est un de mes passages préférés du film, a-t-elle dit. J’étais surprise, évidemment. Mais j’aime comment elle semble y penser à voix haute. Je pense que toutes les femmes vont se reconnaître dans ce passage. Je n’ai aucun doute.

Je pense que c’est vraiment courageux qu’une personne qui est le modèle de filles et de femmes soit réellement honnête à ce sujet. Je pense que ça va avoir un immense effet, a ajouté la réalisatrice.

Miss Americana sera diffusé sur Netflix le 31 janvier.

Avec les informations de Variety, et Agence Fars

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts