•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Record d'ajournements de procès à la Cour suprême de la C.-B. en 2019

La jeune femme est assise par terre et regarde par la fenêtre. Sa main droite est posée sur un grand ballon. Derrière elle, sur une étagère, sont disposées des peluches.

Romika Reddy, victime d'un accident en 2016, fait de la physiothérapie chez sa mère à Surrey en attendant un procès contre l'assureur automobile ICBC.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Radio-Canada

L'an dernier, un nombre record de 140 procès prévus à la Cour suprême de la Colombie-Britannique ont été reportés, par manque de juges et à cause d'une explosion du nombre de contestations judiciaires contre l'assureur automobile public ICBC.

Romika Reddy attend depuis plusieurs années que son affaire soit entendue par la justice. En 2016, une camionnette a percuté sa voiture à un croisement très fréquenté de Surrey. La jeune femme de 25 ans en garde des douleurs au dos qui l'empêchent de travailler plus de quelques heures par semaine.

À l'époque, ICBC lui propose 55 000 $ de dédommagements, mais la jeune femme a rejetté l'offre et a pris un avocat dans l'espoir d'obtenir une meilleure somme.

En octobre dernier, elle s'est rendue au tribunal avec son avocat, seulement pour constater qu'elle n'est pas la seule à attendre un procès contre ICBC. Son audience a été ajournée au mois de juin.

Je souffre depuis longtemps et j'ai cru que ce serait bientôt terminé, mais non, se plaint-elle.

C'est décourageant.

Romika Reddy, plaignante

Depuis l'accident, Romika Reddy vit chez sa mère avec sa petite sœur à Surrey. Elle travaille quelques heures par semaine comme réceptionniste dans une maison de retraite.

La mère de Romika, Anita Reddy, est indignée. Le manque de juges n'est pas une excuse, commente-t-elle, estimant que si ICBC avait fait une offre raisonnable, sa fille n'en serait pas là.

Selon la loi, la Cour suprême de la Colombie-Britannique devrait compter 90 juges, mais il lui en manque 7.

Le nombre de procès contre ICBC a quant à lui augmenté depuis que l'assureur automobile offre des dédommagements plus bas qu'auparavant, selon le président de l'Association des avocats plaidants de la Colombie-Britannique, John Rice.

Cette stratégie, selon lui, place les gens dans une situation délicate qui pèse sur le système judiciaire.

L'assureur se défend

Le porte-parole d'ICBC, Brent Shearer, affirme que l'assureur automobile dépense 25 % de plus en dédommagements à l'amiable et que seul 0,6 % des demandes de dédommagements vont en justice.

En revanche, selon lui, quand un procès a lieu, les avocats demandent toujours plus d'argent. Il estime qu'entre mars 2017 et décembre 2019, les sommes réclamées ont augmenté de 40 %.

Selon lui, ICBC a dû verser, l'an dernier, un demi-milliard de dollars à des cabinets d'avocats qui représentaient des plaignants. Le coût des réclamations liées à des blessures est la première cause d'augmentation annuelle des primes d'assurance, dit-il.

Ces justifications ne satisfont pas Romika Reddy. Leurs actions ont des conséquences sur des gens qui n'ont rien fait de mal, dit-elle.

Avec les informations de Belle Puri

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !