•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Osvaldo Jeanty devient le premier entraîneur des Blackjacks d'Ottawa

Les deux hommes regardent la caméra.

Osvaldo Jeanty, à gauche, est le premier entraîneur-chef des Blackjacks d’Ottawa. Il est accompagné de Dave Smart, directeur général de l'équipe.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Ismaël Sy

En embauchant Osvaldo Jeanty à titre de premier entraîneur de l'histoire de la franchise des Blackjacks d'Ottawa, Dave Smart a privilégié la voie de la continuité. Avant de faire son choix, le directeur général de l'équipe a simplement dû se demander : pourquoi changer une recette gagnante?

Michael Jordan et Scottie Pippen, Shaquille O'Neal et Kobe Bryant, LeBron James et Dwyane Wade... Dans le monde du basketball, un excellent duo se cache souvent derrière les dynasties — et celui formé par Smart et Jeanty ne fait pas exception à la règle.

Ensemble, les deux hommes ont bâti celle des Ravens de l'Université Carleton en remportant d'abord cinq championnats nationaux consécutifs de 2003 à 2007, lorsque Jeanty était sur le terrain et Smart à la barre de l'équipe.

Je cherchais quelqu'un capable de mener cette équipe et avec qui je me sentais à l'aise de travailler, a déclaré Smart en conférence de presse.

Après une carrière professionnelle en Europe, Jeanty — qui était surnommé le magicien d'Oz en raison de son penchant pour le spectaculaire — a d'abord entraîné les Griffons du Cégep de l'Outaouais.

Il a ensuite effectué un retour au bercail en 2016, à titre d'assistant-entraîneur des Ravens aux côtés de son mentor de longue date. Deux autres championnats nationaux se sont ajoutés à sa collection depuis.

Je me sens vraiment bien. Ça fait environ un mois, deux mois, que je sais que c'est supposé d'arriver et que je dois garder le secret, a avoué le nouvel entraîneur-chef des Blackjacks, soulagé.

Bâtir « une équipe d'Ottawa »

Aujourd'hui âgé de 36 ans et retraité depuis 2013, le nouveau pilote de l'équipe ottavienne est fébrile à l'idée de pouvoir bâtir son équipe autour des athlètes de la région. Lorsque je jouais, tous les meilleurs talents étaient partis en Europe, a-t-il expliqué.

Avoir une relation avec la communauté, c'est la chose la plus importante et je trouve qu'Ottawa a un bon bassin de joueurs de basket.

Osvaldo Jeanty, nouvel entraîneur-chef des Blackjacks d'Ottawa

Même si les deux hommes ne cachent pas leur intention d'attirer dans leurs rangs des joueurs qui ont contribué au succès du programme de l'Université Carleton, ils ne ferment pas la porte aux talents provenant d'ailleurs.

Bien sûr, l'objectif de final, c'est de gagner, donc tu veux avoir de bons joueurs d'Ottawa, mais aussi des joueurs d'ailleurs qui vont nous permettre de gagner un championnat, a insisté Jeanty.

Quant au moment où on pourra finalement mettre un premier visage sur l'effectif, Smart préfère ne pas se fixer une date butoir.

Je préfère un oui en fin août qu'un non en mars. Si c'est un joueur qu'on veut, on préfère un oui tardif que les pousser à prendre une décision qui pourrait être un refus, a justifié le directeur général.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Basketball