•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pharmacien de Windsor accusé de trafic d’opioïdes

Un homme avec des lunettes et une barbe devant un magasin répond à un journaliste

Le pharmacien John Gerges, qui a des antécédents d'inconduite professionnelle, fait face à des accusations en lien avec un trafic d'opioïdes.

Photo : CBC

Radio-Canada

John Gerges, déjà accusé d’inconduite professionnelle par l’Ordre des pharmaciens de l'Ontario, est l'une des six personnes accusées en lien avec un réseau présumé de trafic d'opioïdes à Toronto.

Le pharmacien fait face à des accusations de possession de drogues en vue d'en faire le trafic et de possession de document falsifié notamment.

Au total, les enquêteurs de la Police régionale de York ont saisi plus de 500 000 dollars d'opioïdes, plus de 220 000 dollars en espèces et une arme à feu.

Selon l’agente de la police de York, Laura Nicolle, la saisie ainsi que les arrestations ont eu lieu après une perquisition qui s’est déroulée au mois de décembre dernier.

Cinq autres personnes ont été arrêtées et inculpées dans le cadre de cette enquête.

Des antécédents de faute professionnelle

Selon les dossiers en ligne de l’Ordre des pharmaciens de l'Ontario (OPO), John Gerges a déjà commis plusieurs fautes professionnelles pour lesquelles il a fait l'objet de mesures disciplinaires, notamment la distribution d'un nombre incorrect de comprimés à un patient et du non-respect des normes de la profession.

John Gerges a été suspendu de mai à septembre 2017.

Selon les registres de l'ordre, il est toujours inscrit à titre de pharmacien dans deux boutiques du Sud-Ouest : Totten Pharmacy à Windsor et Mill Street Pharmacy à Tilbury, en Ontario.

CBC/Radio-Canada a pris connaissance du dossier de John Gerges pour la première fois en 2019, à l'occasion de la visite du candidat à la présidence des États-Unis, Bernie Sanders, avec des patients en quête d'insuline à la pharmacie Olde Walkerville.

M. Gerges s'était alors identifié comme John George. Une enquête de Radio-Canada avait cependant révélé qu'aucune personne du nom de John George n'était enregistrée à l'OPO et que le poste de directeur des opérations n'était pas défini par ses lois et règlements.

D'autres pharmaciens de la pharmacie Olde Walkerville avaient également des notes à leurs dossiers de l'ordre.

M. Gerges était toutefois toujours autorisé par l'ordre professionnel à délivrer des narcotiques.

Une enquête de l'Ordre des pharmaciens de l'Ontario

Selon un porte-parole de l'ordre, John Gerges conserve son permis, mais les restrictions imposées par le tribunal signifient qu'il n'est plus autorisé à travailler dans une pharmacie ni à entrer dans la section pharmacie d'un magasin sans raison médicale légitime.

Il précise par ailleurs dans un courriel qu'il fait l'objet d'une enquête de l'ordre.

Selon l'OPO, si une enquête aboutit à un signalement des allégations au comité de discipline de l'ordre, le certificat d'inscription d'un pharmacien peut être suspendu ou révoqué.

Selon Laura Nicolle, ce n'est pas la première fois que des policiers trouvent des pharmaciens agréés liés à des affaires de trafic de drogues.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Windsor

Justice et faits divers