•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise en ligne d'un système de prévision de la fréquentation des urgences à Windsor

L'affiche qui indique l'urgence devant l'édifice.

Hôpital régional de Windsor

Photo : Radio-Canada / Chris Ensing

Radio-Canada

Le service des urgences de l’Hôpital régional de Windsor va mettre en place, dès lundi, un système de prévision de la fréquentation de son département. Ce dispositif devrait permettre de désengorger les couloirs de cette section de l’établissement.

Cette approche a été mise en place dès 2016 dans les autres services des deux campus de l’hôpital. Elle aurait permis de baisser considérablement l’achalandage de patients dans les différents services, explique Karen McCullough, chef de l'exploitation et des soins infirmiers de l'hôpital.

Selon elle, cette méthode aurait également hissé l’établissement au premier rang des hôpitaux au plus faible nombre de patients en attente d’un lit après leur admission de toute la province, au cours des 18 derniers mois.

Un centre de commande qui informe les patients et le personnel hospitalier

L’outil principal de cette transformation est installé dans l’une des pièces de l’hôpital. Ce centre de commandement, également appelé contrôle du trafic aérien par les responsables de l’établissement, consiste en huit écrans qui affichent en temps réel le nombre de lits disponibles, le nombre de patients admis, ceux qui sont sur le point de quitter l’hôpital, ou encore le nombre de transferts prévus.

Les logiciels utilisés permettent également de fournir des données prévisionnelles, ce qui permet notamment au personnel de mieux répartir les lits disponibles.

D’autre part, le site Internet de l’hôpital indique aussi, en temps réel, le temps d’attente pour les urgences des deux campus, ainsi que le nombre total de patients en attente ou pris en charge.

Cette interface, intitulée prEDict, permet aux usagers de s’orienter correctement vers l’établissement dans lequel ils souhaitent être pris en charge : En 2016 et 2017, quand nous avions des difficultés de prise en charge pour cause de grosse affluence, il y avait en moyenne 26 patients qui attendaient chaque jour d’accéder à un lit. Aujourd’hui, ce nombre s’élève à cinq patients, explique Karen McCullough.

Deux réunions d’information quotidiennes

Chaque jour, à 8 h et 16 h, les cadres supérieurs des deux campus se réunissent pendant 15 minutes pour déterminer ce qui peut être fait pour améliorer les capacités des établissements. Avant la mise en place de ce système, il était commun d'être admis sans pouvoir accéder à un lit.

À notre arrivée le matin, si nous constatons qu’un patient attend plus de trois heures pour accéder à un lit au service des urgences, nous engageons une recherche avec l’unité pour comprendre pourquoi cela est arrivé.

Karen McCullough, chef de l'exploitation et des soins infirmiers de l'Hôpital régional de Windsor

Jeudi, le campus du Met avait un taux de capacité d'environ 84 %, tandis que le campus de Ouellette était rempli à 96 %. L’objectif de l’hôpital est d’atteindre un taux stable de 85 %.

Ce modèle n’est pas encore mis en place dans de nombreux établissements hospitaliers de la province. D'autres centres de santé se rendront donc à Windsor pour observer ce système et ses premiers résultats.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Windsor

Établissement de santé