•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiants autochtones demandent des excuses à l’Université de Regina

Taryn Acoose et Amanda Leader sur le campus de l'Université des Premières Nations.

Taryn Acoose et Amanda Leader, membres de l'Association des étudiants de l'Université des Premières Nations, ont organisé la marche de jeudi.

Photo : Radio-Canada / Alex Soloducha

Radio-Canada

Des étudiants de l’Université des Premières Nations demandent des excuses à l’Université de Regina à la suite de la controverse entourant la conférence du poète George Elliott Clarke, qui devait avoir lieu jeudi soir.

La controverse a éclaté à la fin du mois de décembre, lorsque le poète a révélé qu'il pensait lire des poèmes de Steven Kummerfield, un homme accusé d’avoir battu à mort une femme autochtone, Pamela George, en 1995.

Par la suite, M. Clarke s’est excusé auprès de la famille de Pamela George, affirmant qu’il ne lirait pas les poèmes de Steven Kummerfield. La conférence a finalement été annulée le jour suivant.

Selon Taryn Acoose, la présidente de l’Association des étudiants de l’Université des Premières Nations, les excuses serviront à ouvrir une discussion. Notre but n’est pas de calomnier ou d’être grossiers envers qui que ce soir, explique l’étudiante. Nous voulons juste que l'Université admette son erreur, c’est la meilleure façon d’avancer, non?

Une marche en faveur de la réconciliation

Pour marquer le coup, les membres de l’Association des étudiants de l’Université des Premières Nations ont organisé une marche autour du campus de l’Université de Regina, jeudi. L’objectif de l’Association est de faire la promotion de la paix et de la réconciliation.

La famille de Pamela George.

Des membres de la famille de Pamela George, dont sa fille, Chelsy, faisaient partie des marcheurs jeudi.

Photo : Radio-Canada / Alex Soloducha

Cette marche a été prévue après la décision de l’Université d’inviter le poète George Elliott Clarke durant la conférence Woodrow Lloyd.

Nous voulons débarrasser l’Université de la négativité.

Taryn Acoose, présidente de l’Association des étudiants de l’Université des Premières Nations

Taryn Acoose est satisfaite d’avoir vu parmi les marcheurs un représentant de Vianne Timmons, la présidente et vice-chancelière de l’Université de Regina, et des membres de l’Association étudiante de l'Université de Regina.

C’est un geste de paix qui fait la démonstration de la réconciliation, dit-elle.

Par ailleurs, des membres de la famille de Pamela George ont également participé à la marche.

Avec les informations de Alex Soloducha

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !