•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rassemblement anti-avortement : Donald Trump décoche des flèches aux démocrates

Le reportage de notre correspondant à Washington Jean-François Bélanger.

Photo : AFP / Nicholas Kamm

Agence France-Presse

Devant les milliers de personnes qui se sont donné rendez-vous à Washington pour la Marche pour la vie, rassemblement annuel anti-avortement, le président Donald Trump a prononcé un discours, devenant ainsi le premier occupant du Bureau ovale à y prendre part.

C'est un grand honneur pour moi d'être le premier président de l'histoire à participer à la Marche pour la vie!, a-t-il lancé à la foule.

Chaque année depuis 1974, la Marche pour la vie a lieu afin de dénoncer l’arrêt Roe v. Wade, une décision de la Cour suprême américaine reconnaissant le droit des femmes à l’avortement.

Dans son discours, Donald Trump s’est d’abord adressé aux jeunes présents, qu’il a remerciés pour leurs sentiments chrétiens, proaméricains et anti-avortement.

Les enfants à naître n’ont jamais eu un aussi ardent défenseur à la Maison-Blanche, a-t-il déclaré, après avoir souligné le fait que, dès le début de son mandat, il a œuvré à restreindre l’accès à l’avortement.

Il s’est aussi vanté d’avoir nommé de nombreux juges ouvertement opposés au droit à l’avortement, dont deux représentants de la Cour suprême, Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh.

Alors qu'il fait l'objet d'un procès en destitution au Sénat, le président Trump s'en est pris aux démocrates, dénonçant leurs positions en matière d'avortement.

En ce qui concerne l'avortement, les démocrates ont adopté les positions les plus extrêmes et les plus radicales.

Donald Trump, président des États-Unis

Ils s'en prennent à moi parce que je me bats pour vous, a-t-il encore dit, évoquant les plaidoiries démocrates qui avaient cours au même moment.

À l'approche du scrutin du 3 novembre, où il briguera un second mandat, Donald Trump compte sur le vote des chrétiens évangéliques blancs, qui s'était élevé à 81 % en sa faveur en 2016.

une manifestation avec des gens couchés par terre en position foetale.

En matinée, des militants anti-avortement ont organisé une démonstration inspirée d'un sit-in devant la Cour suprême.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Lors des rassemblements de 2018 et 2019, le président Trump s’était adressé aux manifestants par vidéoconférence, s’engageant notamment à toujours défendre le premier droit de la déclaration d'indépendance : le droit à la vie.

Précédemment, en 2017, son bras droit Mike Pence était devenu le premier vice-président en fonction à prendre part à cette marche et à s’adresser à la foule. Il était jusqu'ici le plus haut représentant du gouvernement américain à avoir prononcé un discours lors de la Marche pour la vie.

Il y a une semaine jour pour jour, un des principaux groupes anti-avortement des États-Unis annonçait qu’il donnerait 52 millions de dollars américains au fonds de campagne pour la réélection de Donald Trump.

En mars prochain aura lieu le premier test pour l'arrêt Roe v.s Wade. La Cour suprême étudiera la loi adoptée en Louisiane en 2014, qui exige des médecins volontaires voulant pratiquer un avortement qu'ils aient une autorisation d'exercer dans un hôpital situé à moins de 50 km du lieu de l'opération.

Ces conditions sont jugées beaucoup trop restreignantes par les défenseurs du droit à l'avortement.

La Cour suprême avait jugé illégale une loi similaire adoptée au Texas en juin 2016.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique américaine

International