•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le directeur de Déménagex coupable d'agression sexuelle

Jacques Dumont en compagnie de deux dauphins lors d'un voyage.

Jacques Dumont a plaidé coupable au chef d'agression sexuelle qui pesait contre lui.

Photo : Facebook

Radio-Canada

Le directeur de l'entreprise matanaise Déménagex, Jacques Dumont, a plaidé coupable d'agression sexuelle et devra purger une peine de douze mois d'emprisonnement avec sursis.

Jacques Dumont devra donc demeurer à son domicile, à moins d'exceptions permises par le tribunal.

Sa peine sera suivie d'une période de probation de deux ans. Il sera également inscrit au registre des délinquants sexuels pour une période de 10 ans.

En rendant sa décision vendredi matin, le juge Jules Berthelot a affirmé qu'une peine d'emprisonnement en centre de détention aurait été méritée, bien que Jacques Dumont soit admissible à purger sa peine en collectivité.

Le juge a fait remarquer qu'un enregistrement vidéo des faits survenus au domicile de M. Dumont permet de constater que ce dernier touche le corps de la victime, et ce même après qu'elle ait explicitement retiré son consentement.

Vous n'étiez pas à l'écoute de la victime d'aucune façon. Elle vous dit : '''Non, arrête''' et vous ne l'écoutez pas, vous êtes axé sur votre personne, a constaté le juge.

Le juge Berthelot s'est également dit choqué à la lecture du rapport de l'agente de probation de M. Dumont, qui indique que M. Dumont tend à s'engager dans des relations sexuelles avec des femmes plus jeunes et vulnérables.

La couronne a fait valoir que la victime a connu des problèmes de consommation de drogues par le passé, et qu'elle a rechuté après les événements chez M. Dumont. La victime a également vécu un choc post-traumatique, de l'anxiété ainsi que de l'isolement lié à la peur de croiser M. Dumont.

Enfin, le juge a noté que Jacques Dumont ne témoigne d'aucune empathie envers la victime et que le risque de récidive ne peut être écarté.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Crime sexuel