•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du palladium à Nipissing Ouest

Des camions travaillent dans une mine à ciel ouvert

Voilà à quoi pourrait ressembler une mine à ciel ouvert à River Valley, lorsque New Age Metals sera prête à exploiter son gisement de palladium.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans la foulée de la hausse du prix du palladium ces jours-ci, l’entreprise New Age Metals poursuit ses travaux en vue d’exploiter le cas échéant une mine à ciel ouvert à River Valley.

Au cours de son plus récent exercice financier à la fin de 2019, les investisseurs ont appris que le gisement trouvé pourrait permettre la production de près de quatre millions d’onces du précieux métal.

Au moment de la publication des résultats d’une étude économique, le prix du palladium et le retour sur les investissements étaient bas, mais demeuraient intéressants en termes d’exploration minière, explique l’entreprise dans un courriel.

Malgré un revirement favorable, la compagnie veut analyser davantage les ressources avant de passer en mode production.

Le projet River Valley

New Age Metals est propriétaire du gisement depuis 1998, après en avoir fait l’acquisition auprès d’autres compagnies d’exploration minières.

Environ 119 000 onces de palladium seraient tirées annuellement du gisement que compte exploiter New Age Metals.

Carte géographique montrant le bassin de Sudbury et le projet River Valley.

Le minerai contenant les métaux précieux au site de River Valley serait transformé dans les installations de Vale dans le Grand Sudbury, selon le document de New Age Metals.

Photo : New Age Metals

La mine aurait une durée de vies de 14 ans et les travaux d’extraction seraient confiés en soustraitance à une entreprise.

Le minerai serait traité dans les installations de Vale à Sudbury.

New Age Metals prévoit la création de 325 emplois lorsque la mine aura atteint sa vitesse de croisière.

La récente flambée du prix du palladium montre le potentiel minier selon le PDG de New Age Metals, Harry Barr.

Environ 65 % du gisement, c’est du palladium, dit-il.

Le reste du minerai est constitué de platine, d’or, de cuivre et de nickel.

Un homme à tête blanche sur un cap de roche

Selon le PDG, Harry Barr, il reste encore beaucoup à faire avant de voir les premières extractions minières à River Valley.

Photo : New Age Metals/You Tube

Comme la plupart des importants gisements de palladium se trouvent en Russie et en Afrique du Sud, notre projet à River Valley est unique puisque l’on compte seulement quelques compagnies juniors d’exploration en ce domaine en Amérique du Nord.

Harry Barr, PDG New Age Metals

Travaux à venir

Une première étude sur la rentabilité d’une mine à ciel ouvert à River Valley a été complétée en 2019.

Le gisement s’étend sur 16 km et New Age Metals veut en 2020 explorer d’autres secteurs à l’intérieur de ce périmètre.

Quelques chiffres :

  • Besoins en capital de préproduction : 495 M$
  • Flux de trésorerie avant impôts sur les bénéfices et impôts miniers : 586 M$
  • Flux de trésorerie après impôts sur les bénéfices et impôts miniers : 384 M$
  • Coût moyen d’exploitation : 19,50 $/tonne

Source : New Age Metals

Selon M. Barr, il reste beaucoup de chemin à parcourir avant de décider si un jour il y aura exploitation du gisement de palladium à River Valley.

Il reste l’étude de préfaisabilité et une étude de faisabilité, explique-t-il.

En 2020, New Age Metal compte dépenser 690 000 $ pour étendre le forage, et 1 337 500 $ pour des études métallurgiques visant à récupérer davantage de métaux comme le rhodium, le cobalt et l’argent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Industrie minière