•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Vancouvérois montent à bord d’Uber et de Lyft

Une cliente effectue le premier trajet Lyft à Vancouver, en Colombie-Britannique.

Lyft et Uber mettent en contact des automobilistes avec des passagers, à l’aide d’une application mobile.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

C’est officiel : en ce vendredi d'hiver pluvieux, les Vancouvérois peuvent désormais utiliser les services des compagnies de transport Uber et Lyft pour se déplacer sur le territoire métropolitain.

Jeudi, le Bureau des transports des passagers de la Colombie-Britannique a donné son aval à Uber et à Lyft pour qu'elles offrent leurs services dans les régions du Grand Vancouver et de Whistler.

En conférence de presse vendredi, le directeur des opérations de Lyft en Colombie-Britannique, Peter Lukomskyj, a annoncé que le service de sa compagnie sera limité au coeur de Vancouver, mais sera également offert à l’aéroport YVR, situé à Richmond.

Uber couvre quant à lui une zone d’activité plus large incluant Coquitlam, Surrey, Delta, West et North Vancouver.

Le porte-parole de la compagnie pour l'ouest du Canada, Michael van Hemmen a affirmé en conférence de presse vendredi qu'il étendrait sa zone d'exploitation dès que davantage de conducteurs auront satisfait les exigences de permis .

Carte du territoire du Grand Vancouver desservi par UBER au jour du lancement de son service dans la région métropolitaine.

Territoire du Grand Vancouver desservi par Uber au jour du lancement de son service dans la région métropolitaine.

Photo : UBER/Google

Opposition ferme à Surrey

Le maire de Surrey a exprimé son refus de voir les compagnies de transport comme Uber et Lyft opérer dans la ville, affirmant qu’il n’appuierait pas la délivrance de permis commercial. 

L'approbation par le Bureau des transports des passagers de la Colombie-Britannique (PTB)des entreprises de transport en commun dans la région métropolitaine de Vancouver ne change rien à ma position sur cette question.

Doug McCallum, maire de Surrey

Selon lui, l’arrivée d’Uber et Lyft à Surrey est un avantage injuste qui ne tient pas compte des impacts sur ceux qui travaillent dans l'industrie du taxi. Ce n'est un secret pour personne qu'un fort pourcentage des chauffeurs de taxi vivent à Surrey et les modestes salaires qu'ils gagnent servent à subvenir aux besoins de leur famille, dit-il. 

Dévastateur pour l'industrie du taxi 

La porte-parole de l'Association des taxis de Vancouver et directrice générale de Yellow Cab, Carolyn Bauer, s'inquiète de l'absence de limite sur la flotte de Uber et Lyft. Elle demande au PTB de réglementer le nombre de véhicules de transport en commun de la même manière qu'il restreint la taille des flottes de taxis.

Cela va être financièrement dévastateur pour l'industrie du taxi et les familles qui ont bâti leur vie autour de cette industrie, ajoute Carolyn Bauer.

D'ailleurs, Uber refuse de dévoiler le nombre de véhicules en service. 

Le lancement des deux sociétés intervient moins de 24 heures après que le  Bureau des transports des passagers de la Colombie-Britannique  ait annoncé qu'il avait approuvé le covoiturage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Transports