•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bitfarms a mené de nouveau tests sonores sur la rue Raimbault

Une façade de l'entreprise Bitfarms, à Sherbrooke.

Un mur composé notamment de mousse qui absorbe le son a été construit à la sortie des ventilateurs par Bitfarms.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Radio-Canada

Alors qu’une vingtaine de résidents de la rue Raimbault s’étaient déplacés au conseil municipal de lundi soir pour faire part de leur exaspération face au bruit émanant de l’usine Bitfarms, la compagnie a procédé, jeudi soir, à une deuxième étude sonore dans une résidence de cette même rue.

Les mesures ont été prises sur le terrain d’une résidente de la rue Raimbault ainsi qu’à l’intérieur de la maison de celle-ci. Maison qui se trouve en face de l’usine Bitfarms, de l’autre côté de la rivière Magog.

Peu avant 20 heures, trois techniciens se trouvaient à l’extérieur de la résidence en compagnie de Marc Duchesne, directeur des communications chez Bitfarms à Sherbrooke. 

Ce dernier explique qu’à l’intérieur de la résidence, un appareil a été installé afin de capter les vibrations et prendre les mesure sismique.

Le test à l’intérieur de la maison est une mesure sismique, car certains résidents nous ont dit qu’ils ressentaient certaines vibrations, continue-t-il.

D’autres capteurs ont été également installés sur le terrain de la résidente pour mesurer le bruit.

Les mesures se sont effectuées en deux temps. Tout d’abord, lorsque l’usine était en fonction, et ensuite, lorsque l’usine était à l’arrêt, « pour voir s’il y avait une différence notable », fait savoir Marc Duchesne.

Pendant la mesure à l’intérieur de la résidence, tous les appareils électroniques ont dû être éteints.

C’est peu après 22 h que l’usine a été arrêtée complètement. 

Une nouvelle voix s'ajoute

Le bruit et la chaleur qui émanent de l'usine est une préoccupation également pour le promoteur immobilier Matthieu Cardinal qui est vice-président développement chez Services Immobiliers First.

Ce dernier est notamment à la tête du projet Humano situé non loin de la rivière Magog.

Ça inquiète nos futurs résidents. Mon mandat c'est de m'assurer que la qualité de leur environnement soit respectée.

Matthieu Cardinal, vice-président développement chez Services Immobiliers First

Il réclame que la présence de Bitfarms, sur la rue de La Pointe, soit validée par un certificat de conformité du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Lorsqu'une entreprise qui a une capacité de 100 mégawatts [...] rejette directement dans l'environnement par ventilation ces rejets de chaleur-là, peut-on se poser la question, est-ce qu'il y a rejet de contaminants qui modifie la qualité de l'environnement? Il s'agit de la juridiction du ministère, exprime-t-il.

Ce dernier précise que le ministère a été interpellé et, selon M. Cardinal, une trentaine de plaintes auraient été déposées.

Bitfarms se défend en disant que sa présence respecte les règlements de la municipalité.

C'est un quartier industriel, qui est zoné industriel, et c'est pour ça que cette usine est située sur ce territoire-là. On fait partie d'un comité citoyen afin de trouver des solutions et les solutions, on les met en place depuis l'automne dernier, précise Marc Duchesne.

La fermeture de l’entrée principale, la construction d’une nouvelle entrée ainsi qu’un chemin d’accès en forme de L seront construits par Bitfarms d'ici l'été prochain pour réduire davantage le bruit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Cryptomonnaies