•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des enseignants exposent leurs oeuvres au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue

Trois toiles sur un mur et une sculpture qui pend du plafond dans une salle d'exposition.

Des enseignants en arts visuels au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue ont dévoilé certaines de leurs oeuvres cette semaine lors d'un vernissage au campus de Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Marc-Olivier Thibault

Des enseignants en arts visuels du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue ont dévoilé leurs plus récentes créations lors d'un vernissage cette semaine, dans la salle d’exposition de l'institution collégiale.

Les enseignants-artistes se sentaient fébriles mercredi (22 janvier) alors que leurs élèves entraient dans la salle d’exposition.

Rôles inversés

Bien, c’est sûr qu’il faut que les babines suivent les bottines , plaisante l'enseignante et artiste Véronique Doucet. Il y a toujours un petit stress. Je ne sais pas! On se fait juger, on se fait critiquer et c’est bien correct comme ça.

Une sculpture en plusieurs morceaux suspendus du plafond et des oeuvres d'art accrochées au mur.

Le 22 janvier a eu lieu le vernissage de l'exposition ayant pour thème un poème de Philippe Marquis. Les oeuvres sont réalisées par des enseignants en arts visuels au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Le groupe avait comme thématique un poème de Philippe Marquis. Cette contrainte est aussi une forme d’inspiration qui apporte son lot de défis, raconte l’enseignant et artiste Donald Trépanier.

Il faut le lire plusieurs fois et essayer de le comprendre, dit-il. Ce qui résonnait beaucoup, pour moi, c’est l’histoire de l’arsenic [les émissions de la Fonderie Horne]. Même durant le temps des fêtes, le 24 décembre au soir, on pensait toujours à nos oeuvres.

Gaétane Godbout a eu une réflexion semblable. Dans un contexte pédagogique, j’ai trouvé l’exercice intéressant afin de donner l’exemple à nos étudiants! Mais c’est un défi, ça nous demande d’aller dans des zones inhabituelles.

Découvrir son professeur

Louis-Philippe Bélanger, étudiant en art du Cégep AT, a assisté au vernissage de ses professeurs.

Je trouve ça le fun parce que, durant les cours, on ne sait pas ce qu’ils font, indique Louis-Philippe Bélanger. Ils nous donnent plein de conseils, des trucs à travailler, mais on ne sait pas ce qu’ils font de leur côté. Et j’aime aussi qu'on ont voit leur inspiration, je pense que ce que l’on fait dans nos cours, ça les influence un peu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Arts visuels