•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Forte diminution du nombre de cerfs de Virginie chassés en Gaspésie

Un deuxième cerf se trouve en arrière-plan

Un cerf de Virginie

Photo : Radio-Canada

Le nombre de cerfs de Virginie chassés sur le territoire gaspésien, la zone 01, a diminué considérablement. Il est passé d’un millier en 2018 à seulement 300 l’automne dernier.

Le président de la Fédération des chasseurs et pêcheurs de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Alain Poitras, soutient que ce sont les hivers rudes des dernières années qui expliquent cette diminution. Il y a de nombreuses bêtes qui n’ont pas survécu.

Il estime que le taux de mortalité durant ces saisons froides varie de 30 % à 40 %. Conséquence : les chasseurs ont été très nombreux à bouder la Gaspésie comme territoire de chasse.

Les chasseurs n'en voient quasiment plus sur les caméras. Ils disent : "Bof, ça ne donne rien de prendre notre permis pour y aller. On n’en voit pas, de toute façon. Il est plus rare." Ça, ce sont des choses qui ont été dites. C’est sûr que s’il y a eu la moitié moins de monde qui a acheté un permis... On s’entend que 300, 350 ou 400 cerfs de plus auraient pu être abattus.

Quand tu regardes tout ça, ben, c’est sûr que ça nous a rattrapés.

Alain Poitras, président de la Fédération des chasseurs et pêcheurs de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Bilan chasse cerf de Virginie zone 01

  • 2019 : 298
  • 2018 : 955
  • 2017 : 1131
  • 2016 : 1268
  • 2015 : 1727

Ces chiffres incluent les réserves et tous les types d'armes

Alain Poitras ne croit pas que des mesures exceptionnelles soient nécessaires pour rétablir la situation.

Pour lui, fermer la zone de chasse pour laisser la population de cerfs de Virginie se rétablir n’est pas la solution. Il propose plutôt de laisser faire la nature.

Ce n’est pas la première fois que le chevreuil mange des coups à cause des hivers rudes. Et quand les hivers sont plus cléments, là, le chevreuil augmente. Ce sont des cycles de températures qui vont comme ça. On a déjà vécu ça dans le passé. On a déjà eu pendant 4 à 5 ans de beaux hivers. Le chevreuil a parti en peur et il a augmenté.

Il avance face à nous.

Un orignal dans la forêt

Photo : Radio-Canada

Orignaux

Le nombre d'orignaux chassés dans la zone 01 est relativement stable comparé à l'année précédente.

Bilan chasse à l’orignal

  • 2019 : 5027
  • 2018 : 5228
  • 2017 : 5453
  • 2016 : 4937
  • 2015 : 5025

Ces chiffres incluent les réserves et tous les types d'armes

Scénario semblable au Bas-Saint-Laurent

Les récoltes de cerfs de Virginie ont également diminué au cours des deux dernières années dans la zone de chasse 02, soit celle du Bas-Saint-Laurent.

Selon les données du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs, le nombre de cerfs tués a diminué de plus de moitié entre 2017 et 2019 dans la zone 02.

Ça fait trois hivers consécutifs qu'on a un hiver quand même assez dur pour le cerf. Ça, ça a des impacts. On peut enregistrer des taux de mortalité allant jusqu'à 30 à 40 % sur le cheptel. Donc ça se répercute, inévitablement, sur la récolte de la chasse sportive, explique la biologiste à la Direction de la gestion de la faune du Bas-Saint-Laurent, Élise Roussel-Garneau.

Mme Roussel-Garneau indique que les populations d'orignal se portent bien et demeurent stables dans la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !