•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La criminalité incite la Première Nation d’Onion Lake à déclarer l’état d’urgence

Des pancartes qui montrent le logo de la Première Nation crie d'Onion Lake.

La Première Nation crie d'Onion Lake a connu dernièrement des jours particulièrement difficiles, selon son chef, Henry Lewis, forçant la communauté à déclarer l'état d'urgence.

Photo : Archives

Radio-Canada

Une augmentation importante de la criminalité liée aux gangs et aux drogues dans la Première Nation crie d’Onion Lake force la communauté située à environ 50 kilomètres de Lloydminster à déclarer l’état d’urgence et à demander l’aide des gouvernements provincial et fédéral pour remédier à la situation.

Le chef de la Première Nation et son conseil se sont notamment réunis mercredi afin d’élaborer une stratégie de lutte contre la hausse des activités liées aux gangs et aux drogues.

Au cours de la dernière année, ces problèmes se sont accentués. [...] Tout le monde est à court de solutions. Nous avons besoin d’augmenter la présence policière et d’amener du personnel spécialisé sur les gangs pour que les membres de notre communauté soient en sécurité, affirme le chef de la Première Nation, Henry Lewis.

Chaque membre de la communauté mérite de se lever chaque jour en sachant que ses enfants, sa famille et ses proches sont à l’abri des activités illicites liées aux drogues et aux gangs.

Edward Dutch Lerat, vice-chef de la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan

Présentement, 13 agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) patrouillent dans la communauté d’Onion Lake, qui chevauche la frontière entre la Saskatchewan et l’Alberta.

La GRC fait de son mieux, mais elle a besoin de plus de ressources. Nous avons besoin des deux niveaux de gouvernement avant que la situation ne s’aggrave, estime Henry Lewis.

Ce dernier souligne que quelques incidents effrayants se sont déroulés sur le territoire de sa communauté récemment.

Un mur d'un édifice où est inscrit le logo de la Première Nation crie d'Onion Lake.

Selon le chef de la Première Nation d'Onion Lake, trois décès au cours des deux derniers mois sont directement liés aux activités des gangs et à la présence de drogues dans la communauté d’environ 4000 personnes.

Photo : Google Maps

Mardi après-midi, la GRC a notamment participé à une poursuite à grande vitesse sur le territoire de la Première Nation quelques heures avant que le corps d’un homme ne soit découvert à proximité d’Onion Lake.

Plus tard ce jour-là, une personne conduisant un véhicule volé en a perdu le contrôle avant de percuter un mur de l’aréna d’Onion Lake. Des responsables du coin ont d’ailleurs retrouvé des graffitis appartenant à des gangs à l’intérieur du véhicule.

Selon le chef de la Première Nation, trois décès au cours des deux derniers mois sont directement liés aux activités des gangs et à la présence de drogues dans la communauté.

Avec les informations de Jason Warick

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Société