•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vague de consternation en Alsace après la tragédie du Lac-Saint-Jean

Le reportage de notre correspondant en France, Yanick Dumont Baron.

Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

Vicky Boutin

Toute la ville de Sainte-Marie-aux-Mines, en Alsace, retient son souffle en attendant de connaître le sort des motoneigistes disparus au Lac-Saint-Jean. Cinq des huit touristes français proviennent de cette région de la France.

La tragédie a créé une onde de choc dans cette ville de 5000 habitants où presque tout le monde se connaît.

Des circonstances comme ça, ça va rester pendant un certain temps dans les mémoires.

Un résident de Sainte-Marie-aux-Mines

Peu à peu, l’espoir de retrouver les disparus en vie s’amenuise. Chacun a une pensée pour les familles touchées.

Une dame témoigne au micro du choc causé dans son village par la disparition des cinq motoneigistes.

« Julien… sa compagne attend un bébé. Et Jean-René est le fils du débardeur. […] Vous le voyez bien, tout le monde se connaît », a déclaré cette femme rencontrée à Sainte-Marie-aux-Mines.

Photo : Radio-Canada

Un choc émotionnel

Le maire de Sainte-Marie-aux-Mines, Claude Abel, est proche du père d’un des disparus. Il affirme que le choc émotionnel pour l’entourage est énorme. Lui-même, des sanglots dans la voix, admet que la perte est immense.

Le temps s’arrête, le monde s’arrête. On n’imagine pas que les choses puissent d’un seul coup, en un instant, bouleverser autant de vies et de familles.

Claude Abel, maire de Sainte-Marie-aux-Mines
Un homme s'adresse à notre journaliste.

« Pour les familles des disparus, ce sont des jours très très difficiles. […] Beaucoup de peine, de peur, de chagrin », a expliqué le maire de Saint-Marie-aux-Mines, Claude Abel.

Photo : Radio-Canada

Le maire affirme que ce drame a un écho chez tous ses concitoyens. C’est la vie de tous les jours qui est remise en question, indique-t-il.

« On y pense tout le temps »

Le garagiste Danilo Romano est consterné. Son cousin Jean-René Dumoulin est parmi le groupe de touristes parti s’amuser à motoneige dans les grands espaces québécois, et maintenant disparu. Il le décrit comme un homme plein de vie, passionné de moto, qui projetait de reprendre l’entreprise familiale.

Danilo Romano.

Le garagiste Danilo Romano est consterné; son cousin Jean-René Dumoulin est parmi les disparus.

Photo : Radio-Canada

Comme bien d’autres, M. Romano s’accroche aux minces espoirs qui persistent. On y pense tout le temps.

On se met des scènes dans la tête, mais on ne pourra jamais savoir.

Danilo Romano, cousin d'un des disparus

Pour l’instant, travailler dans son garage est la seule solution qu’il a trouvée pour s’occuper l’esprit.

Un homme portant un casque de moto discute avec notre journaliste.

Mefaredj Marouan

Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

Mefaredg Marouan, un résident de la petite commune, est lui aussi attristé par les événements. Il suit de près les développements par l'entremise des médias canadiens et français.

Il connaît plusieurs disparus, dont Julien Benoît. Tous deux jouaient dans la même équipe sportive. C’est quelqu’un d’exemplaire. Il refuse encore d’envisager le pire.

Il reste toujours un espoir qu’il aurait pu s’abriter quelque part.

Mefaredg Marouan, résident de Sainte-Marie-aux-Mines

Les trois rescapés de la tragédie doivent revenir en Alsace sous peu. Ils devront eux aussi affronter l’incertitude quant au sort de leurs amis.

Avec les informations de Yanik Dumont Baron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Accidents et catastrophes