•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SQ ne ménage aucun effort pour retrouver les disparus au Lac-Saint-Jean

Un plongeur marche sur la neige en bordure du lac Saint-Jean.

Un plongeur de la SQ rejoint la rive.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

Une trentaine de policiers sont encore mobilisés aujourd’hui pour tenter de retrouver les cinq motoneigistes disparus au Lac-Saint-Jean. Pendant ce temps, la jeune commis qui a accueilli les rescapés donne un nouvel éclairage aux circonstances de la tragédie et au rôle du guide.

Les recherches sur les berges ont continué toute la nuit dans l’espoir de retrouver un survivant ou des indices, mais sans succès.

Elles ont repris ce matin dans l’eau glacée du lac Saint-Jean, avec trois équipes de plongeurs, et du haut des airs, grâce à deux hélicoptères.

Jeudi, quatre autres motoneiges ont été repérées dans le fond de l’eau. Deux avaient été retrouvées mardi. Les engins n’ont toujours pas été remontés à la surface.

La Sûreté du Québec préfère mettre ses efforts sur la recherche des motoneigistes disparus et refuse de mentionner quand pourraient se terminer les démarches.

C'est impossible à dire. Ça va dépendre de toute sorte de facteurs, indique le porte-parole de la SQ, Hugues Beaulieu.

Carte identifiant le lac Saint-Jean et la rivière Saguenay.

Les motoneigistes étaient à l'extrémité est du lac Saint-Jean lors de la tragédie.

Photo : Radio-Canada / Google

Les policiers ont retrouvé jeudi des effets personnels, comme des sacs et des vêtements, sur le lac. Tout porte à croire qu’ils appartiennent aux excursionnistes.

Que s'est-il passé?

Alors que les policiers s’activent, la jeune employée du dépanneur de Saint-Henri-de-Taillon qui a accueilli les rescapés se remet de ses émotions. Janie Lamothe a fait de son mieux pour s’occuper des trois motoneigistes qui sont entrés dans le commerce mardi soir.

Janie Lamothe en entrevue.

Janie Lamothe faisait le quart de soir au dépanneur de Saint-Henri-de-Taillon lorsque les rescapés sont arrivés.

Photo : Radio-Canada

Son témoignage apporte une nouvelle perspective aux circonstances de l’accident et au rôle qu’a joué le guide dans toute cette histoire.

En entrevue à Radio-Canada, elle raconte que le Montréalais Benoît Lespérance est retourné sur ses pas pour s’assurer que les trois hommes à l’arrière du peloton étaient sains et saufs après leur mésaventure.

Il a décidé de retourner rejoindre le reste du groupe pour les avertir, demandant aux rescapés de rester sur les lieux.

Ils ont attendu 30 minutes sur place, le guide n’est jamais revenu, alors ils ont décidé de venir chercher de l’aide. C’est la dernière fois qu’ils ont vu le guide.

Janie Lamothe, employée du dépanneur de Saint-Henri-de-Taillon

Les motoneigistes qui se sont présentés au dépanneur étaient transis par le froid et inquiets pour leurs amis, qu’ils ne parvenaient pas à joindre.

Il était glacé. Tout son habit de neige était recouvert de glace quand il est rentré. L’autre était trempé, il grelottait. Ce n’était pas beau à voir.

Janie Lamothe, employée du dépanneur de Saint-Henri-de-Taillon

Les services d’urgence sont arrivés une vingtaine de minutes plus tard. Le corps du guide a été repêché mercredi.

Avec les informations de Louis Martineau et de Jean-François Coulombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Sauvetage