•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vitalité appuie l’idée d’une application pour améliorer les services en santé mentale

Une adolescente assise sur une marche d'escalier, elle a la tête dans ses bras.

Le Nouveau-Brunswick se penche sur des moyens d'améliorer les services aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale.

Photo : Getty Images / AngiePhotos

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick a grandement besoin d’un service en ligne pour aider les gens qui attendent pendant des mois l’occasion de consulter des professionnels de la santé mentale, selon un vice-président du Réseau de santé Vitalité, Jacques Duclos.

Les patients souffrant de graves problèmes de santé mentale peuvent avoir rapidement une consultation avec un conseiller ou un thérapeute, mais il faut améliorer l’accès aux services dans le cas des personnes inscrites sur la liste d’attente, explique M. Duclos.

La province se penche sur l’application Bridge the gApp, selon M. Duclos. L’application permettrait aux patients d'avoir accès rapidement à des informations importantes et à des ressources en matière de santé mentale.

Bridge the gApp a été lancée en 2015 avec l’appui financier de Terre-Neuve-et-Labrador. Les patients dans cette province peuvent l’utiliser avec un téléphone intelligent, une tablette numérique ou un ordinateur.

Le ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick explore toutes les options, selon le porte-parole Bruce Macfarlane, mais il ne confirme pas l’adoption de l’application.

L’application pourrait être offerte cette année

Le Dr Peter Cornish, professeur agrégé à l’Université Memorial qui a participé à la mise au point de l’application, dit toutefois qu’il travaille sur une version pour le Nouveau-Brunswick.

Cette nouvelle version pourrait être prête dès cette année, estime le Dr Cornish. Elle offre aux patients plus d’options qu’on peut le penser, souligne-t-il. Elle donne accès à de l’information, à des outils et à des services locaux.

Le médecin ajoute que l’application a déjà contribué à sauver la vie d’une femme.

Des milliers d’utilisateurs

Bridge the gApp comptait 28 000 utilisateurs en 2018-2019, selon le rapport du Projet de démonstration du Modèle de soins par paliers 2.0 en cybersanté mentale de Terre-Neuve-et-Labrador (Nouvelle fenêtre).

Le rapport indique aussi que les temps d’attente à Terre-Neuve-et-Labrador pour obtenir des services en santé mentale et en toxicomanie ont été réduits de 68 % en raison de plusieurs facteurs, dont des services de cybersanté mentale.

Les temps d’attente ont été éliminés à certains endroits, souligne le Dr Cornish.

Une personne appuie sur l'écran d'un téléphone intelligent.

L'application s'adresse aux jeunes et aux adultes qui peuvent l'utiliser avec un téléphone intelligent, une tablette numérique ou un ordinateur.

Photo : iStock / Blackzheep

Le programme à Terre-Neuve-et-Labrador est offert aux adultes et aux jeunes. Il porte sur une gamme de problèmes, dont la dépression, l’anxiété, les troubles alimentaires. Il renseigne aussi les gens qui cherchent un groupe de soutien et il améliore l’accès aux services en milieu rural.

Bridge the gApp est un progrès en matière de services de santé mentale, mais elle ne peut remplacer des conseils personnalisés lorsque ces derniers sont nécessaires, selon le PDG de l’Association canadienne pour la santé mentale à Terre-Neuve-et-Labrador, John Abbott.

L’application est utile aux adolescents qui sont généralement à l’aise d’utiliser de tels outils technologiques, ajoute M. Abbott.

L’aide au Nouveau-Brunswick dépend de la gravité des cas

Des patients néo-brunswickois peuvent devoir attendre plusieurs mois pour consulter des professionnels de la santé mentale, tout dépend de la gravité de leur cas, explique Jacques Duclos.

Des personnes aux idées suicidaires ou qui ont de la difficulté dans leur vie quotidienne constituent des cas prioritaires, et ils pourraient consulter un professionnel le jour même où ils demanderaient de l’aide, précise-t-il.

Vitalité peut répondre aux besoins dans les cas urgents, assure M. Duclos.

Avec les renseignements d'Elizabeth Fraser, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Santé physique et mentale