•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau programme de sciences infirmières au Nouveau-Brunswick?

Une femme aide une personne à se déplacer en fauteuil roulant dans un couloir d'un foyer de soins.

Actuellement, seules l'Université du Nouveau-Brunswick et l'Université de Moncton offrent le baccalauréat en sciences infirmières (archives).

Photo : Radio-Canada / Denis Mazerolle

Radio-Canada

Un établissement privé non universitaire a demandé à l'Association des infirmières du Nouveau-Brunswick d'approuver un programme de baccalauréat en sciences infirmières.

L'Association des infirmières n'a pas précisé de quel établissement il s'agissait et pour l'instant, aucune des institutions contactées n'a confirmé avoir déposé cette demande.

Actuellement, seules l'Université du Nouveau-Brunswick et l'Université de Moncton offrent le baccalauréat en sciences infirmières.

L'élément qui m'inquiète c'est cette dilution possible au niveau de nos professionnels qui font l'enseignement, craint Jean-Claude D’amours, député libéral d’Edmundston-Madawaska-Centre.

Pour la professeure à l’École de science infirmière de l’Université de Moncton, Suzanne Dupuis Blanchard, la possibilité que le secteur privé puisse former des futures infirmières est aussi préoccupante.

«C’est très très inquiétant. C’est vraiment quelque chose que je ne pensais pas que l'on considérait justement, et ce, surtout dans une époque où on parle surtout de la profession infirmière de façon très scientifique», a indiqué Mme Blanchard au micro de La Matinale.

Portrait de Jean-Claude d'Amours.

Jean-Claude D’amours, député libéral d’Edmundston-Madawaska-Centre (archives).

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Le ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, Trevor Holder, reconnaît pour sa part qu’une crise des soins infirmiers dans la province l’oblige à envisager toutes les pistes de solutions.

Si les institutions du secteur privé peuvent aider à régler ce problème en fournissant des infirmières qualifiées et indispensables pour notre système de soins de santé, le gouvernement provincial appuie ces efforts, indique-t-il.

Trevor Holder à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick

Le ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, Trevor Holder.

Photo : Radio-Canada

Les programmes d'infirmières auxiliaires sont offerts dans les collèges publics, ainsi que dans un seul collège privé, le collège Oulton.

Nos universités demandent de pouvoir avoir davantage de sièges, demandent davantage de financement de la part du gouvernement provincial, afin d'offrir davantage de places pour des infirmières potentielles, donc si c'est ça actuellement, je pense que le gouvernement devrait réagir à qu'est-ce qui se passe et s'assurer de pouvoir combler les demandes actuelles de nos deux universités, estime le député libéral.

Une décision qui relève de l'Association des infirmières

C'est l'Association des infirmières qui a le pouvoir d'approuver les programmes d'études en sciences infirmières.

Ça devrait quand même tomber à l'intérieur de la décision de l'Association des infirmières de ne pas mettre en péril qu'est-ce qui s'offre actuellement dans la province avec nos universités, remarque M. D’Amours.

Le ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail est du même avis et ne remet pas en question l’indépendance de l’association à cet égard.

Il est important de noter que l’Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est l’organisme provincial responsable de réglementer les membres de la profession infirmière, reconnaît-il.

L'Association des infirmières cherche d'ailleurs à embaucher un consultant, pour étudier la demande de l'établissement privé.

On ne précise pas s'il s'agit d'un établissement anglophone ou francophone, mais dans les critères d'embauche, la seule exigence linguistique est l'anglais.

D'après un reportage de Michel Corriveau et de l'émission radiophonique La Matinale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Éducation