•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La méditation : une pratique bien présente dans les écoles du Témiscamingue

Des enfants sont assis sur leur pupitre, les mains sur les yeux, méditant.

Les élèves de quatrième année de l'école Notre-Dame de Béarn

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

Des dizaines d’élèves du Témiscamingue pratiquent quotidiennement la méditation en classe. Depuis le début de l’année 2019, 63 employés de la Commission scolaire Lac-Témiscamingue ont obtenu la formation pour appliquer cette pratique. Depuis, les résultats sont surprenants.

C’est le retour de la récréation. Certains enfants sont encore agités. Ils reprennent toutefois tous leur place en classe en sachant très bien que c’est l’heure de la méditation.

Des enfants méditent derrière leur pupitre.

Les élèves de deuxième année de l'école Notre Dame de Liesse St-Eugène-de-Guigues

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Quelques minutes de silence, la main sur le cœur, de bonnes respirations et c’est le retour au calme. Dans la classe de deuxième année de Mireille Jacques, les élèves pratiquent la méditation du soleil.

Donc, c’est être debout, d’ouvrir notre cœur au soleil. En fait, c’est de prendre un moment de calme pour faire la paix à l’intérieur de nous avant de commencer notre journée, explique l’enseignante.

Depuis mars dernier, elle intègre plusieurs techniques de méditation. Les enfants se placent où ils veulent dans la classe. Ils sont prêts.

Je sens mes élèves beaucoup plus calmes, beaucoup plus bienveillants envers eux-mêmes, mais aussi envers les autres.

Mireille Jacques, enseignante en deuxième année

Le bien-être intérieur ça part de soi, donc la méditation aide beaucoup à être bien et calme à l’intérieur de soi, constate Mireille Jacques, enseignante en deuxième année.

Éli confirme les dires de son enseignante. On respire en fermant les yeux, rapporte-t-il. Ça nous aide à se calmer et à être plus concentrés

Cohérence cardiaque

Sur l’étage du haut, dans l’autre classe de deuxième année, les élèves de Nathalie Roy pratiquent la cohérence cardiaque.

Quand on pratique la cohérence cardiaque, le calme s’installe dans la classe et le calme demeure pendant la période et une partie de la journée. Je vois que certains enfants ont le goût de le faire par eux-mêmes pendant la journée, dit l’enseignante.

Pas très loin dans la classe, il y a Mirella Barrette, une retraitée de l’enseignement depuis 2001. Elle effectue quelques visites par année à l’école de St-Eugène-de-Guigues pour transmettre son savoir en lien avec la cohérence cardiaque. Il s’agit d’un outil de gestion du stress basé sur la respiration.

Une femme sourit à la caméra dans un couloir d'école primaire.

Mirella Barrette, enseignante à la retraite, pratique la cohérence cardiaque avec les élèves de Béarn.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Je pense qu’il est aussi important de montrer aux enfants à respirer de cette façon-là que de leur demander de se brosser les dents. Ça devrait être diffusé largement pour que la société soit capable de former des enfants capables de gérer leur stress le mieux possible.

Visite à l’école Notre-Dame de Béarn

À l’école primaire de Béarn, la méditation en classe est aussi bien intégrée. Après la récréation du dîner, dans la classe de quatrième année, la musique se fait entendre, doucement.

Couchés, debout ou littéralement assis sur leur pupitre, les enfants s’installent pour être confortables.

Enseignante depuis plusieurs années, Debbie Boucher explique pourquoi elle a décidé d’ajouter cette pratique à sa routine quotidienne. Je vois les enfants de plus en plus anxieux. Je vois des enfants qui arrivent avec parfois des colères. Je me suis dit, la méditation, pourquoi pas. Je pense que ça va aller canaliser cette énergie-là qui n’est pas toujours bien gérée, affirme-t-elle.

Des élèves méditent, les yeux sur le visage, dans une classe.

Les élèves de Debbie Boucher choisissent une position dans laquelle ils sont confortables pour méditer.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

D’ailleurs, elle note de nombreux bienfaits chez ses élèves. Au début de l’année, c’était plus bruyant. Les enfants avaient de la misère à se positionner pour faire la méditation. Aujourd’hui, il y a une grosse différence, c’est le jour et la nuit. On voit que les enfants intègrent bien la méditation. Je vois surtout que les enfants sont beaucoup plus calmes, se réjouit l’enseignante Debbie Boucher.

Et qu'en pensent les enfants?

Les enfants avouent qu’ils pratiquent même la méditation en dehors des heures de classe. Vu que je suis un peu excitée ou énervée, c’est comme si la méditation, ça enlève tout ça, ça va dans le ciel et ça disparaît. C’est comme si ça enlève toutes les mauvaises énergies, explique Mélia, quatrième année.

Ça m’aide à me concentrer pour mon travail. Je suis plus calme, même si je reviens de la récréation. Ce que je préfère, c’est la méditation de l’abeille, ajoute Maëla.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Éducation