•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête Cynthia Blackjack : pas d'hésitation avant d'appeler une ambulance, selon des témoins

Une affiche du centre de soins de Carmacks.

Une enquête du coroner est en cours au Yukon sur la mort de Cynthia Blackjack en 2013.

Photo : Radio-Canada / Chris Windeyer/CBC

Radio-Canada

Deux infirmières ont témoigné lors de l’enquête sur la mort de la yukonnaise Cynthia Blackjack, en 2013, qu’une ambulance avait été appelée sans tarder le jour de sa mort.

L'infirmière Terry Ogilvie travaillait au Centre de soins de Carmacks le 7  novembre 2013, lorsqu’elle a reçu un appel pour qu’une ambulance soit envoyée à la maison de la grand-mère de Cynthia Blackjack.

L'enquête du coroner, qui se déroule présentement à Whitehorse, examine les circonstances de la mort de Cynthia Blackjack, alors âgée de 29 ans. La jeune femme est morte dans la journée du 7 novembre, pendant le vol la transportant vers Whitehorse.

Une des questions centrales soulevées jusqu'à présent dans cette enquête est de savoir si Cynthia Blackjack aurait dû être transportée à l'Hôpital général de Whitehorse plus tôt.

La Première Nation de Little Salmon de Carmacks, dont Cynthia Blackjack faisait partie, suggère que le « racisme systémique » explique pourquoi elle a été évacuée trop tard.

Des appels répétés au centre de soins

En 2018, la Cour d'appel du Yukon a conclu que, quelques jours avant sa mort, Cynthia Blackjack avait été en contact fréquent avec le centre de soins de Carmacks pour se plaindre de douleurs dentaires graves.

La veille de sa mort, le centre de soins de Carmacks lui a dit de se rendre à l'hôpital de Whitehorse, qui se trouve à deux heures de route. Le personnel du centre de soins affirme avoir tenté de trouver quelqu’un pour l'y conduire, sans succès.

Terry Ogilvie explique que ses souvenirs de cette journée sont un peu flous, mais qu’un médecin et trois infirmières ont vu la patiente, un nombre beaucoup plus élevé que normalement dans ce cas.

Elle affirme également que toute personne se présentant avec les mêmes symptômes que Cynthia aurait immédiatement été envoyée à l’hôpital de Whitehorse par hélicoptère.

Pour sa part, l'ancienne infirmière responsable du centre de soins de Carmacks, Deb Crosby, a également témoigné mercredi et soutenu l'affirmation de sa collègue selon laquelle le personnel n'avait pas du tout hésité à envoyer une ambulance.

Un portrait de Cynthia Blackjack.

La famille et les amis de Cynthia Blackjack la décrivent comme une femme qui avait un grand sens de l'humour.

Photo : Facebook

Elle a dit aux jurés que le personnel du centre de soins organisait presque toujours des trajets vers Whitehorse pour les patients, mais qu'elle devait être prudente quant à l'envoi de la seule ambulance de Carmacks hors de la communauté.

Vous devez toujours penser au pire des scénarios, a-t-elle dit.

Lorsque Cynthia Blackjack est arrivée au centre de soins le 7 novembre, le personnel a immédiatement appelé Whitehorse pour un vol d'évacuation, a dit Deb Crosby.

Selon Terry Ogilvie, les infirmières de Carmacks étaient bouleversées lorsque la Gendarmerie royale du Canada leur a appris que Cynthia Blackjack était morte avant d'atteindre Whitehorse.

Une enquête toujours en cours

Ces témoignages marquent le coup d’envoi de la portion de l’enquête du coroner qui se déroule à Whitehorse jusqu’au 31 janvier.

L’enquête a débuté à Carmacks par l'écoute des témoignages de sa famille et de ses amis.

Dans l'un de ceux-ci, Vanessa Charlie, une des amies de Cynthia, estime avoir attendu deux heures après avoir appelé une ambulance pour la Cynthia Blackjack.

Avec les informations de Chris Windeyer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique