•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patrick Roy retrouve son idole de jeunesse Daniel Bouchard

Les anciens gardiens de but de la LNH Patrick Roy et Daniel Bouchard

Photo : Radio-Canada

Guillaume Piedboeuf

Avant qu’il n’inspire toute une génération de gardiens de but québécois, Patrick Roy a eu ses propres idoles de jeunesse. L’entraîneur-chef des Remparts a profité du passage à Québec de Daniel Bouchard, jeudi, pour renouer avec celui qu’il admirait devant les filets des Nordiques, dans les années 80.

De nombreux anciens fleurdelysés qui fouleront la glace du Centre Vidéotron, vendredi soir, alors que les Remparts commémoreront les 40 ans de l’arrivée des Nordiques dans la LNH, Daniel Bouchard est certainement celui qui a le plus marqué Patrick Roy.

Ayant grandi à Québec, Roy a vite été conquis, à l’adolescence, par le flamboyant gardien de but que venait d’acquérir son équipe préférée, les Nordiques.

Daniel a joué un rôle important dans la montée des Nordiques à cette époque-là. J’adorais son style et j’avoue que j’essayais de le copier un peu sur la patinoire. À mi-chemin entre le papillon et un style debout, ça fonctionnait bien pour moi, se rappelle l’ancien numéro 33.

Réunis jeudi par Radio-Canada, les deux cerbères se remémoraient tous deux avec précision leur première rencontre, alors que Patrick Roy était encore adolescent.

Un bâton et une signature prophétique

Ma mère connaissait des amis de Daniel et ils savaient que c’était mon joueur favori. Ils ont organisé une rencontre. Il est arrivé au milieu de la soirée avec un bâton. Je pense que j’ai même dormi avec ce bâton-là, relate Patrick Roy au sujet de cette rencontre marquante dans sa vie.

Mes amis m’avaient parlé d’un petit gars qui gardait les buts et pour qui ça n’avait pas bien été un ou deux matchs, relate pour sa part Daniel Bouchard.

La semaine d’avant, j’avais accordé 12 buts contre Boston, au Colisée. Je lui ai dit que c’était la loi de la moyenne. Tu vis avec. Après dix matchs, tu vas voir, ça ne paraîtra même plus.

Des matchs à haut pointage, Patrick Roy en a vécu bon nombre dans les années suivantes, devant le filet des Bisons de Granby, mais les paroles de Daniel Bouchard ont fini par s’avérer prophétique.

See you in the show, avait signé ce dernier sur le bâton donné à Patrick Roy.

Les « failles » de Patrick Roy

Les deux gardiens se sont d'abord manqués de justesse dans la rivalité Québec-Montréal. Roy est devenu titulaire chez les Canadiens durant la saison 1985-1986 alors que Bouchard venait de quitter les Nordiques pour aller finir sa carrière avec les Jets de Winnipeg.

Leur destin s’est toutefois croisé à nouveau en 1993, lors d’une fameuse série Canadiens-Nordiques. Daniel Bouchard était alors l’entraîneur des gardiens de but, à Boston, et il avait eu le malheur d’affirmer avoir trouvé des failles dans le jeu de « Casseau ».

Je parlais avec [le physiothérapeute des Nordiques] Jacques Lavergne et j’avais dit un commentaire là-dessus. Malheureusement, il y avait deux journalistes de la Presse en arrière qui ont écouté ça, se remémore Daniel Bouchard.

J’en avais des failles dans mon jeu. Sa déclaration n’a jamais eu d’incidence sur mes performances, lance aujourd’hui Patrick Roy en riant.

Qu’à cela ne tienne, l’entraîneur du Canadien, Jacques Demers, s’était empressé d’utiliser la déclaration pour motiver ses joueurs. Les Nordiques, qui avaient remporté les deux premiers matchs, ont perdu les quatre suivants. Plusieurs ont mis les bonnes performances de Roy et la défaite des Nordiques sur le dos de Bouchard.

Les Remparts en bleu… comme en 1984

En plus de Daniel Bouchard, une vingtaine d’anciens Nordiques et anciens Remparts seront de la cérémonie avant le match Remparts-Drakkar de vendredi soir, au Centre Vidéotron. Pour l’occasion, les Diables rouges revêtiront un uniforme bleu qui rappellera celui de l'équipe de 1983 à 1985, avant que ne disparaisse la première génération des Remparts.

À l’époque, l’organisation junior était la propriété de l’équipe de la Ligue nationale. Les Remparts portaient donc le bleu Nordiques.

Claude Lavoie, ancien annonceur maison des Nordiques, reprendra exceptionnellement son poste, vendredi, tout comme l’organiste Marcel Lajeunesse. Max Gros-Louis sera pour sa part dans les gradins avec son légendaire tam-tam pour animer la foule.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Hockey