•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Massif de Charlevoix tente d'attirer Guy Laliberté

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Esquisse du projet de Club Med Québec Charlevoix. Des bâtiments sont bâtis à flanc de montagne avec vue sur le fleuve.

Esquisse du projet de Club Med Québec Charlevoix

Photo :  Club Med Québec Charlevoix

Si Le Massif de Charlevoix a bâti sa réputation sur la saison hivernale et le ski, l'objectif est maintenant d'en faire une destination quatre saisons. Radio-Canada a appris que des discussions ont lieu depuis l'an dernier avec l'entreprise de divertissement Lune Rouge, propriété de Guy Laliberté, afin de créer un parcours immersif dans la montagne.

Des études préliminaires de faisabilité ont été faites en 2019, confirme la chef des communications pour Lune Rouge, Anne Dongois. Les discussions se poursuivent tranquillement, ajoute-t-elle.

D'ailleurs, des maquettes ont été réalisées. On travaille sur un projet. Ils sont venus sur place. On regarde vraiment ce qu'on pourrait faire ensemble, indique le vice-président exécutif et directeur général de Groupe Le Massif, André Roy.

Lune Rouge est surtout connue au Québec pour sa pyramide installée l'été dernier dans le Vieux-Port de Montréal. Qualifiée de salle de spectacles itinérante, cette infrastructure est vouée au divertissement. Le soir, elle se transforme en boîte de nuit.

Un croquis du projet de Lune Rouge au Vieux-Port de Montréal.

Un croquis du projet de Lune Rouge dans le Vieux-Port de Montréal

Photo : Lune Rouge

Dans Charlevoix, l'idée ne serait pas d'importer cette pyramide. Les discussions avec Lune Rouge visent plutôt à développer un parcours qui pourrait allier sons et lumières, par exemple, pour faire découvrir Le Massif autrement aux visiteurs.

On voulait quelque chose pas nécessairement juste contemplatif, donc que les gens puissent participer. Un parcours l'été, le soir, mais peut-être aussi de jour, donc le projet est loin d'être terminé.

André Roy, vice-président exécutif et directeur général de Groupe Le Massif

Pour l'instant, le projet est en attente, précise M. Roy. Groupe Le Massif souhaite sortir des sentiers battus et ne pas simplement reproduire ce qui s'est déjà fait ailleurs, comme Foresta Lumina, à Coaticook.

Des questions de coûts sont également à l'étude. Quand on fait des développements, il faut s'assurer d'avoir une rentabilité, dit M. Roy.

Quel lien avec Club Med?

Récemment, Groupe Le Massif a modifié son mandat au Registre des lobbyistes du Québec afin de tenir des discussions avec Investissement Québec.

Ces discussions, peut-on lire, serviront à lui demander la possibilité de participer de façon pécuniaire [...] en tant qu'actionnaires à d'autres étapes du développement du Massif de Charlevoix, notamment aux activités qui seront offertes.

Lorsqu'on lui demande si un projet de Lune Rouge pourrait faire partie de ces activités, M. Roy affirme qu'il est trop tôt pour le dire. Jusqu'à maintenant, assure-t-il, ce projet n'a pas été évoqué dans les discussions avec Investissement Québec.

M. Roy ajoute que ce projet de parcours immersif n'est pas non plus une exigence de Club Med, qui doit s'installer au Massif en décembre 2021.

La seule obligation qu'on a avec Club Med, pour l'été, c'est le vélo de montagne. Évidemment, on sait pertinemment que notre développement, comme le leur, passe par la mise en place d'activités.

André Roy, vice-président exécutif et directeur général de Groupe Le Massif
André Roy, vice-président exécutif et directeur général de Groupe Le Massif.

André Roy, vice-président exécutif et directeur général de Groupe Le Massif

Photo : Radio-Canada

24 km de sentiers

Un appel d'offres sur invitation a d'ailleurs été lancé à la fin de l'année 2019 pour construire sept kilomètres de sentiers de vélo de montagne cet été au Massif.

Ce développement s'ajoutera aux 17 kilomètres déjà construits l'an passé, dont l'ouverture officielle est prévue pour le 20 juin prochain.

Au total, la construction de ces 24 kilomètres coûtera environ 850 000 $, selon M. Roy. Cela fait partie du budget de 120 millions de dollars consacré à Club Med Québec Charlevoix. D'autres sentiers de vélo pourraient aussi être créés dans les années à venir.

Les crinqués vont peut-être vouloir avoir des pistes un peu plus techniques. C'est ça qu'il faut regarder, vraiment attendre de voir qu'est-ce que la clientèle souhaite avant de vouloir développer trop vite.

André Roy, vice-président exécutif et directeur général de Groupe Le Massif

Un potentiel

Pour Francis Tétrault, chargé de programme pour le vélo de montagne chez Vélo Québec, Le Massif de Charlevoix, avec ses paysages et l'attrait de la nouveauté, a un beau potentiel.

Charlevoix, c'est une région où il n'y a pas une grosse offre officielle et formelle [de vélo de montagne], une région qui, tranquillement pas vite, est en train de se développer, illustre-t-il.

Francis Tétrault, chargé de programme pour le vélo de montagne à Vélo Québec.

Francis Tétrault, chargé de programme pour le vélo de montagne à Vélo Québec

Photo : Vélo Québec/Francois LeClair

La région de Québec est déjà bien servie en ce qui concerne le vélo de montagne, notamment avec le mont Sainte-Anne. M. Tétrault croit néanmoins que les adeptes n'hésiteront pas à faire le déplacement jusqu'à Petite-Rivière-Saint-François.

À son avis, les 24 kilomètres de sentiers seront suffisants pour en faire une belle attraction dans Charlevoix.

La clientèle du Club Med, je ne la connais pas, mais je m'imagine un peu des gens moins expérimentés, mais qui ont le goût d'une nouvelle expérience. Pour eux, ça va être satisfaisant.

Francis Tétrault, chargé de programme pour le vélo de montagne, Vélo Québec

Pour de vrais adeptes aguerris, si on veut attirer plus large, peut-être même le nord-est des États-Unis, 25 kilomètres, ce serait un petit peu mince, nuance-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !