•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Thunder Bay fait le point sur ses efforts contre le racisme systémique

Holly Walbourne assise à une table en compagnie de trois représentants de la police de Thunder Bay, dont la chef, Sylvie Hauth.

L'avocate Holly Walbourne, à droite, a présenté le rapport mardi.

Photo : CBC/Cathy Alex

Radio-Canada

La chef de police de Thunder Bay, Sylvie Hauth, se dit satisfaite du travail effectué par son service pour mettre en œuvre les recommandations du rapport Une confiance trahie, publié en décembre 2018 par le Bureau du directeur indépendant de l’examen de la police (BDIEP), qui dénonçait le racisme systémique envers les Autochtones.

Le Service de police a présenté cette mise à jour mardi, lors de la réunion mensuelle de la Commission des services policiers de Thunder Bay.

Mme Hauth a indiqué que son équipe a réussi depuis un an à toucher, à des degrés variés, aux 44 recommandations du rapport. Certaines d’entre elles sont à des stades différents, mais nous avons, au cours de la première année, entrepris des projets très, très importants.

Le BDIEP n’a pour l’instant pas commenté le plus récent rapport de la police, mais la directrice, Sylvana Capogreco, qui s'est rendue à Thunder Bay en novembre dernier, avait alors reconnu que des progrès importants ont été faits.

Sylvana Capogreco pose pour une photo.

Sylvana Capogreco, directrice indépendante de l'examen de la police

Photo : Bureau du directeur indépendant de l'examen de la police

Une porte-parole du BDIEP, Camille Williams, a indiqué qu'un rapport sera publié dans les prochaines semaines pour donner au public un meilleur aperçu du travail qui est effectué pour mettre en œuvre les recommandations.

Parmi les initiatives importantes, on retrouve la réouverture de neuf enquêtes sur la mort d’Autochtones, la refonte de l’unité de liaison avec les Autochtones et un projet pilote de caméras d'intervention pour les agents.

Le Service de police de Thunder Bay a également adopté un nouveau système de partage d’informations qui, selon la chef de police, changera la façon dont le service fonctionne. Au lieu d’être isolé, il permettra un transfert d’informations à travers la province, ce qui sera énorme du point de vue des enquêtes.

Le rapport préparé par le précédent directeur indépendant de l'examen de la police, Gerry McNeilly, recommandait entre autres la création d’une unité pour enquêter sur la traite de personnes.

De l’argent versé par la province couvrira le coût des deux postes à temps partiel pour cette nouvelle équipe, ce qui garantit la disponibilité d’un enquêteur de jour comme de nuit.

Besoin de plus d’argent

La chef de police a souligné le défi financier que représente le respect de toutes les recommandations, en insistant sur l’équilibre entre trouver l’argent nécessaire pour mettre en œuvre de nouveaux programmes ou renforcer les programmes existants, et payer les coûts quotidiens de fonctionnement d’un service de police.

Comme vous le savez, l’année dernière, il y a eu des demandes budgétaires concernant les recommandations du BDIEP et il y en a encore cette année dans le budget 2020. Je peux vous dire qu’un domaine qui devra encore être examiné est l’ensemble de la dimension relative à la formation pour nos membres.

Mme Hauth a déclaré qu’un autre rapport d’avancement serait publié plus tard dans l’année.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Forces de l'ordre