•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La date limite pour décider du quartier intelligent de Sidewalk Labs de nouveau reportée

Illustration des installations envisagées pour le projet de ville intelligente Quayside, à Toronto.

Le projet Quayside entend faire d'un quartier abandonné de Toronto un pôle de l'innovation et un exemple de ville intelligente.

Photo : Sidewalk Toronto

Radio-Canada

Le conseil d'administration de Waterfront Toronto aura plus de temps pour décider s'il faut aller de l'avant avec le projet d'aménagement de Sidewalk Labs visant à construire un quartier intelligent axé sur la technologie dans le secteur riverain de la métropole.

L'agence et Sidewalk ont convenu de prolonger au 20 mai la date limite à laquelle Waterfront Toronto doit prendre une décision concernant le projet controversé Quayside, au lieu du 31 mars.

Vue aérienne du secteur riverain de Toronto

Le laboratoire d'urbanisme Sidewalk veut développer le projet Quayside dans la partie est du secteur riverain de Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Sidewalk Labs

Waterfront et Sidewalk Labs, qui appartient à la société mère de Google, Alphabet, avaient déjà convenu de prolonger au 31 mars 2020 la date limite de la décision qui était prévue le 30 septembre 2019.

Waterfront affirme que ce nouveau délai donnerait aux habitants plus de temps pour donner leur avis sur l’évaluation de la proposition de Sidewalk.

La proposition de Sidewalk consiste à construire un quartier de haute technologie comprenant des édifices entièrement en bois et des infrastructures qui seraient à la fois accessibles, alimentées par des énergies renouvelables et résistantes aux crues printanières, de même que des trottoirs chauffés et éclairés et des logements abordables.

Le projet a toutefois suscité les critiques des experts en technologie, en protection de la vie privée et en affaires de tout le pays au sujet de son utilisation potentielle des données et des demandes qu'il pourrait imposer à la ville et au gouvernement.

Si Waterfront décide d’aller de l’avant avec la proposition de Sidewalk, le projet nécessitera toujours l'approbation des gouvernements municipal, provincial et fédéral.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique municipale