•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux soeurs réfugiées craignent de voir leur rêve se briser

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Eunice et Delphine Banza devant une affiche de l'école secondaire Vanier qui prépare un voyage humanitaire au Costa Rica.

Delphine et Eunice Banza sont réfugiées politique du Congo et attendent depuis 3 ans d'obtenir la citoyenneté canadienne.

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Delphine et Eunice Banza, deux réfugiées du Congo, lancent un cri du coeur. Les deux jeunes filles âgées de 17 et 18 ans souhaitent obtenir leur citoyenneté canadienne afin de partir au Costa Rica pour un voyage humanitaire.

Arrivées au Canada il y a 6 ans, accompagnées d'une autre soeur, d'un frère ainsi que d'une tante, les deux élèves fréquentent l'école secondaire Vanier à Québec.

Depuis un an et demi, elles collaborent à la mise sur pied d'un voyage humanitaire organisé par l'établissement scolaire. Au total, une quinzaine d'élèves partiront le 25 février pour le Costa Rica. Pour la réalisation du projet, tous les participants, dont Eunice et Delphine Banza, doivent s'engager dans différentes activités pour financer le voyage.

« Je voulais faire ça, car je me disais c'est une nouvelle expérience dans ma vie les voyages humanitaires », indique Eunice Benza.

Il s'agit du premier voyage humanitaire de l'histoire de cette école qui accueille plusieurs nationalités différentes.

« On a des gens issus de l'immigration. Certains connaissent les réalités de vivre dans un pays un peu plus défavorisé. On voulait redonner au suivant », explique Marc-André Germain, technicien du service de loisirs à l'école secondaire Vanier.

Marc-André Germain, technicien du service de loisirs à l'école secondaire Vanier, dans un local

Marc-André Germain, technicien du service de loisirs à l'école secondaire Vanier.

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Pour voyager au Costa Rica, les étrangers ont besoin d'un visa ou d'un passeport. Pour obtenir un passeport, il faut la citoyenneté canadienne ce que n'ont pas encore Eunice et Delphine. Elles sont en attente d'une réponse d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

Leur tante qui est aussi leur tutrice a présenté une demande pour toute la famille en août 2018. Sans nouvelle pendant plusieurs mois, Yollande Osang Imfutu a demandé des explications auprès du bureau du ministre Jean-Yves Duclos. La famille a alors appris qu'il y avait une erreur dans la demande.

Delphine et Eunice Banza en compagnie de leur tante dans un local de l'école secondaire Vanier

Delphine et Eunice Banza en compagnie de leur tante

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

« Les documents que nous on avait envoyés, ce n'était pas les bons. Elle avait demandé cela en tant que mère, mais c'est notre tante », précise Delphine Banza.

Delphine Banza ajoute qu'en mai dernier, Yollande Osang Imfutu a présenté une nouvelle demande, corrigée cette fois, en tant que tante et non mère des enfants. Depuis, d'autres problèmes de nature administrative sont survenus, ce qui fait qu'elles n'ont toujours pas leur citoyenneté. Il est par ailleurs trop tard pour demander un visa.

« On espère faire avancer le processus pour peut-être avoir la chance du moins une permission spéciale de les amener avec nous au moins », ajoute Marc-André Germain.

« Tu as fait beaucoup d'efforts, mais finalement tu ne peux pas y aller. Je suis un peu déçue », déplore Delphine Banza.

« Ça me rend triste, mais je ne peux rien faire », renchérit Eunice Benza.

Le bureau du ministre Jean-Yves Duclos s'abstient de commenter tout cas particulier, mais affirme soutenir la famille dans ses démarches.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !