•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de médicaments : un casse-tête pour traiter le cancer

Des bouteilles de médicaments et des seringues sur une table d'hôpital.

La pénurie de médicaments dans le milieu hospitalier s'est intensifiée depuis les années 2010.

Photo : Radio-Canada

Catherine Bouchard

La pénurie de médicaments affectent les départements d’hématologie et d'oncologie qui traitent notamment des patients atteints de cancers.

Au Canada, 2026 médicaments sont actuellement en rupture de stock, selon Santé Canada, et cinq nouveaux médicaments s’ajoutent à la liste tous les jours.

Une situation qui cause des maux de tête aux médecins et pharmaciens.

C'est toujours un peu variable dans le temps, les ruptures d'approvisionnement de médicaments. En début 2020, on voit une nouvelle phase qui s'en vient, qui est particulièrement difficile et ça demande beaucoup de ressources. [...] On est particulièrement affecté en oncologie, relate le pharmacien au département d'hématologie et d’oncologie du Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) de Trois-Rivières, Pierre Lemieux.

Certains médicaments se trouvent indisponibles, notamment parce que la demande mondiale est plus forte. La fermeture de certaines usines en Inde et en Chine causent aussi des problèmes dans l'approvisionnement.

Tous les départements du CHAUR se réunissent chaque semaine pour faire le tour des inventaires de médicaments et pour planifier les traitements pour les patients actuels.

Les pharmaciens doivent tenir un portrait quotidien des stocks de médicaments. Lors de certaines périodes, il faut même rationner des médicaments importants dans le traitement de divers cancers.

L’automne dernier, la fludarabine et l'étoposide, deux substances utilisées dans le traitement de plusieurs types de cancer, ont été en rupture de stock. L'approvisionnement d'étoposide ne se fera d'ailleurs pas avant mars prochain, selon le site Pénuries de médicaments Canada.

Un docteur aux cheveux gris courts regarde vers la droite. Il porte un sarrau et a un stéthoscope autour du cou.

Le chef du service d'hématologie et d'oncologie du Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) de Trois-Rivières, Christian Carrier, conjugue quotidiennement avec la pénurie mondiale de médicaments.

Photo : Radio-Canada

Autres traitements

Dans des cas de soins palliatifs ou moins urgents de patients souffrant du cancer, les médecins doivent choisir d’autres traitements.

Ce qu'on va faire, c'est utiliser d'autres molécules. Des fois, ce sont des deuxièmes choix, parce que c’est un peu moins efficace ou un peu plus toxique, explique le chef du service d’hématologie et d’oncologie, Dr Christian Carrier.

Selon un sondage de 2018 de l’Association des pharmaciens du Canada (APhC), près de 80 % des pharmaciens estiment que les pénuries de médicaments ont beaucoup augmenté au cours des dernières années.

Bien qu’il assure trouver constamment des avenues de traitement qui ne mettent pas la vie des patients en danger, le Dr Carrier appelle à la responsabilité sociale des entreprises pharmacologiques.

Quand ce qu'on produit, c'est des médicaments contre le cancer ou une autre maladie, ce n'est pas juste que je n'aurai pas le dernier modèle d'iPhone. Je n'aurai pas le traitement qui serait requis par ma condition. Il y a une certaine responsabilité qu'il faut communiquer aux multinationales de la pharmacologie, souligne le Dr Carrier.

Les pénuries de médicaments sont un problème mondial complexe. Santé Canada reconnaît les répercussions des pénuries de médicaments sur les patients, les professionnels des soins de santé et le système de soins de santé et travaille avec les intervenants pour bâtir un système d’approvisionnement en médicaments plus ouvert et plus sécuritaire. Tout le monde a un rôle à jouer dans la lutte contre les pénuries de médicaments, peut-on lire sur le site Internet Pénuries de médicaments Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Soins et traitements