•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président d’Unifor fait appel à Scott Moe dans le conflit à la raffinerie Co-op

Jerry Dias, le président d'Unifor, entouré de leaders syndicaux.

Le président de Unifor, Jerry Dias, a tenu une conférence de presse à l'hôtel Saskatchewan, jeudi matin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Alors que les négociations dans le conflit de travail à la raffinerie Co-op de Regina sont au point mort, le président national d’Unifor, Jerry Dias, demande au premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, d’intervenir pour forcer les deux camps à retourner à la table des négociations.

C’est le moment d’être un leader, Monsieur le premier ministre, lance Jerry Dias, lors de sa conférence de presse jeudi matin. « Si le conflit doit s’envenimer, vous devez intervenir et être un leader. »

Concrètement, le président d’Unifor demande l’intervention d’un médiateur provincial pour aider les deux parties à trouver une solution.

La professeure associée à l’Université de Regina et spécialiste des conflits de travail Shelagh Campbell remarque que les positions des parties sont fermes. Il n’y a pas d’espace pour une conciliation sans l’intervention d’une troisième partie, explique-t-elle. Elle estime que l’intervention des autorités politiques sera nécessaire pour relancer les négociations.

C’est un défi pour tout le monde : Unifor, la Co-op, la police, le premier ministre.

Jerry Dias, président national d’Unifor

Du côté de la province, le ministre des Relations et de la Sécurité au travail, Don Morgan, a indiqué dans un communiqué avoir mis un médiateur à disposition des deux camps dans ce conflit de travail. Il rappelle que ce médiateur communique régulièrement avec les deux parties.

Scott Doherty, l’assistant administratif du président d’Unifor, a tenu à préciser qu'Unifor demande un nouveau médiateur, car selon le syndicat, le premier n'a pas été en mesure de régler la situation.

Le syndicat réaffirme sa volonté de retourner à la table de négociation et se dit prêt à faire un geste. J’ai contacté la direction de la Co-op et j’ai proposé de mettre en place une période de réflexion, pour calmer les esprits, a annoncé Jerry Dias.

Cette déclaration démontre que le syndicat peut être flexible, du moins un peu, selon Shelagh Campbell.

Shelagh Campbell à l'hôtel Saskatchewan.

La professeure associée Shelagh Campbell, de l'Université de Regina, était présente à la conférence de presse de Jerry Dias.

Photo : Radio-Canada

Le syndicat et la Co-op se renvoient la balle

Unifor accuse la direction de la raffinerie Co-op de ne pas vouloir participer aux négociations.

On devrait être à la table des négociations, affirme M. Dias. Mais [les dirigeants de la Co-op] ne veulent pas, ils ne cherchent pas à négocier.

La direction de la raffinerie Co-op confirme la tenue de discussions avec Unifor pour permettre la reprise des négociations. Toutefois, elle estime qu’elle n’a jamais abandonné la table des négociations. La raffinerie Co-op de Regina est ouverte à la négociation depuis qu'Unifor a mis fin aux discussions, le 26 septembre 2019, précise-t-elle dans un communiqué.

Conflit de travail à la raffinerie Co-op de Regina

La raffinerie Co-op demande la levée des blocages qu’elle considère comme illégaux avant de reprendre les négociations.

La condamnation d’Unifor en appel?

Concernant la condamnation d'Unifor, mercredi, pour outrage au tribunal après avoir contrevenu à une injonction temporaire, Jerry Dias rejette l’accusation. Bien sûr, nous allons faire appel de ce jugement.

Jerry Dias à la tribune.

Jerry Dias, le président d'Unifor, dénonce la condamnation du syndicat pour avoir contrevenu à une injonction temporaire mercredi.

Photo : Radio-Canada

Le syndicat a été condamné à verser une amende de 100 000 $. Beaucoup d’argent selon le leader syndical, mais il estime que cela ne lui fera pas baisser les bras. Vous ne pouvez pas mettre un prix sur la justice, affirme-t-il.

Dans son communiqué, la direction de la raffinerie appelle au respect des décisions de la Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan par le syndicat.

Le président du syndicat, Jerry Dias, a rencontré le chef de la Police de Regina, Evan Bray, jeudi en lien avec son arrestation, lundi soir. Selon M. Bray, les deux hommes ont eu une discussion franche sur la sécurité publique.

La raffinerie Co-op de Regina a mis environ 800 travailleurs en lock-out depuis le 5 décembre 2019, après que le syndicat Unifor a déposé un avis de grève à l'employeur. La question des retraites divise les deux parties.

Avec les informations de Charles Lalande

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Relations de travail