•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’état d’urgence à Saint-Jean pourrait être levé en fin de semaine

Deux enfants jouent au sommet d'un banc de neige à la même hauteur qu'un panneau de signalisation routière.

Des bancs de neige sont très hauts dans les petites rues près du centre-ville de Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

Radio-Canada

Les autorités municipales de Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador, s'attendent à lever samedi matin l'état d'urgence qui est en vigueur depuis la forte tempête de vendredi dernier.

Le maire de Saint-Jean, Danny Breen, a fait cette annonce mercredi soir.

La Municipalité de Mount Pearl, voisine de Saint-Jean, annonce qu'elle lèvera son propre état d'urgence vendredi dès 6 h.

Entre-temps, de nombreux entrepreneurs et travailleurs ont hâte de retourner au travail. Bien des gens qui ne gagnent pas un salaire fixe n’ont pas travaillé depuis la semaine dernière. De nombreuses entreprises sont fermées depuis jeudi dernier.

Dans plusieurs secteurs, notamment la restauration, les ventes en janvier sont habituellement déjà assez tranquilles. Perdre une semaine de ventes peut entraîner d’importantes conséquences.

Fanny Buonara interviewée sur un trottoir enneigé.

Fanny Buonara, gérante du pub O’Reilly’s, s'inquiète pour ses employés qui ne travaillent pas depuis bientôt une semaine. Ces derniers comptent beaucoup sur les pourboires pour gagner leur vie, explique-t-elle.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

Todd Perrin, propriétaire des restaurants Mallard Cottage et Water West à Saint-Jean, espère qu’il pourra les rouvrir samedi. Son entreprise fonctionne à perte pendant l’hiver, explique-t-il. Il la garde ouverte pour ne pas perdre son personnel et sa clientèle.

L’entrepreneur compte environ 60 employés. Après sept jours d’état d’urgence, souligne-t-il, il est incapable de les payer.

Malgré tout, il ne croit pas que le blizzard et l’état d’urgence vont mener à la fermeture d’entreprises, mais il craint que des propriétaires ne soient conduits à prendre des décisions difficiles.

Réouverture de certaines cliniques

Les médecins, dentistes et vétérinaires peuvent à nouveau ouvrir leurs bureaux, jeudi, et les taxis peuvent circuler.

Plusieurs patients soignés depuis le début de la journée avaient grand besoin de soins dentaires, explique le dentiste Francis McCarthy. Certains ressentaient une vive douleur. Il témoigne de leur visage gonflé et de dents cassées. Ces patients ne pouvaient pas aller à l’hôpital parce que les salles d’urgence ne sont pas équipées pour ce genre de problème.

Un véhicule parvient à circuler dans un étroit passage entre la neige et une voiture garée le long de la rue.

Des rues demeurent étroites à Saint-Jean. Il faut s’armer de patience.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

Toute l’équipe de la clinique vétérinaire Avalon, à Logy Bay, est prête à recevoir les clients, assure la vétérinaire Danielle Dunn-Maclean. Les employés de la clinique resteront au travail toute la journée si cela est nécessaire.

Elle dit avoir reçu ces derniers jours plusieurs appels de gens qui n’avaient pas accès aux médicaments dont leur animal a besoin. Elle a essayé de les conseiller. Des pharmacies qui étaient ouvertes peu après le blizzard ont pu les aider, ajoute la vétérinaire.

Quant à eux, les supermarchés, les pharmacies et les stations-service peuvent ouvrir leurs portes de 10 h à 18 h.

Les militaires continuent de pelleter

Il y a maintenant 27 équipes de militaires qui participent au déneigement dans la ville, indique le brigadier-général Roch Pelletier.

On s’assure que les équipes interviennent le plus rapidement possible, surtout pour les priorités les plus élevées, pour les gens à mobilité réduite qui ont des problèmes de santé ou pour les travailleurs, par exemple les médecins ou les infirmières qui n’étaient pas en mesure de sortir de leur maison. Nous [sommes] intervenus énormément pour ce genre de cas, explique Roch Pelletier.

L'officier en uniforme donne une conférence de presse.

Les besoins et les interventions des militaires sont déterminées de concert avec les autorités provinciales et municipales, explique le brigadier-général Roch Pelletier.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

Mercredi soir, les militaires avaient déjà exécuté 430 tâches. Ils resteront sur le terrain aussi longtemps que nécessaire, a répété jeudi le ministre de la Défense nationale, Harjit S. Sajjan.

Le centre qui coordonne les activités des travailleurs d'urgence a déjà reçu plus de 1000 appels, souligne le premier ministre Dwight Ball.

La Force constabulaire royale de Terre-Neuve précise qu’elle a déjà effectué une centaine de visites dans les maisons de personnes âgées et de personnes à mobilité réduite afin de vérifier si elles sont saines et sauves.

Avec les renseignements de Patrick Butler

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !