•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Estrie, presque la moitié des jeunes au secondaire ont déjà vapoté

Le vapotage entraîne une dépendance forte à la nicotine qui mène pour 57 % des jeunes au tabagisme.

Photo : La Presse canadienne / Nam Y. Huh

Radio-Canada

Selon des résultats préliminaires d’une enquête conduite dans 19 écoles de l’Estrie, 65 % des répondants pensent qu’il y a peu ou pas de risques à vapoter occasionnellement.

Dans le cadre de leur stage en santé publique, quatre étudiantes de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke dressent un portrait global de l’usage des cigarettes électroniques chez les jeunes.

On savait que c’était un phénomène grandissant, mais là, je pense que la preuve est faite en Estrie. Grossièrement, c’est presque la moitié de nos jeunes au secondaire qui ont essayé de vapoter.

Dre Mélissa Généreux, médecin conseil à la santé publique en Estrie

L’enquête a été menée auprès de 5 675 élèves qui fréquentent un établissement secondaire sur le territoire du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Dans un questionnaire en ligne, 41 % des répondants ont affirmé avoir déjà essayé la cigarette électronique et 23 % ont dit avoir vapoté dans les 30 derniers jours.

Environ 13 % vapotent régulièrement,  ce qui signifie plus de cinq jours par mois.

Parmi les 41 % des répondants ayant déjà essayé la cigarette électronique

79 % affirment avoir vapoté par curiosité

65 % pensent qu’il y a peu ou pas de risques à vapoter occasionnellement

63 % des jeunes vapoteurs utilisent des produits à base de nicotine

Quand on regarde la lutte contre le tabagisme chez les jeunes, elle a été quand même efficace jusqu’à maintenant. On est en droit de se demander, est-ce qu’on ne devrait pas être un Québec sans nicotine, soulève Dre Généreux qui est aussi professeure agrégée à l'Université de Sherbrooke.

Ce qui ressort également de l’enquête, c’est qu’environ 20 % des répondants disent ne pas savoir ce que contient leur cigarette électronique.

Les jeunes ne comprennent pas encore suffisamment bien que la nicotine qu’elle soit dans la cigarette ou dans la cigarette électronique ça crée la même dépendance.

Dre Mélissa Généreux, médecin conseil à la santé publique en Estrie

Mélissa Généreux ajoute que la nicotine a des effets néfastes sur la santé, notamment au niveau de la mémoire et de la concentration.

Des recommandations pour augmenter la sensibilisation, l’éducation dans les écoles et pour un meilleur encadrement de la pratique du vapotage seront émises par la santé publique de l’Estrie après l’analyse complète des données.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Santé publique