•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Volleyball : Pascal Clément prendra sa retraite après 28 saisons à la tête du Rouge et Or

Pascal Clément enlace Gino Brousseau en conférence de presse.

Après 28 saisons à la barre du Rouge et Or, Pascal Clément (à gauche) passera le flambeau à son adjoint de longue date, Gino Brousseau (à droite).

Photo : Rouge et Or / Mathieu Tanguay

Guillaume Piedboeuf

Entraîneur-chef de l’équipe masculine du volleyball du Rouge et Or depuis 1992, Pascal Clément tire sa révérence. Véritable monument du volleyball québécois, le pilote lavallois cédera sa place à son adjoint de longue date, Gino Brousseau, à la fin de la saison.

C’est une bonne nouvelle et même si j’ai le motton à un moment donné, je n’ai pas de peine. N’ayez pas peur, je suis très heureux.

C’est ainsi que Pascal Clément a débuté sa conférence de presse pour annoncer qu’il prendra sa retraite à l’issue de sa 28e saison à la barre du Rouge et Or, mettant fin à l’une des grandes carrières d’entraîneur de l’histoire du sport universitaire canadien.

La demi-heure qui a suivi a été à l’image de ce sportif singulier. Devant famille, amis, joueurs et anciens joueurs qui s’étaient déplacés pour l’occasion, celui qui a été nommé 17 fois l’entraîneur de l’année au Québec est passé d’une anecdote à l’autre, citant ses auteurs préférés entre deux métaphores artistiques.

J’ai le privilège de choisir que je vais arrêter. Je suis vraiment chanceux, a assuré l’entraîneur de 58 ans, référant au décès de son ami Helder Duarte, l’hiver dernier, qui nous ramène à l’essentiel d’apprécier les moments qu’on a avec les gens qu’on aime.

Au début de ma vie professionnelle, je rêvais d’être comédien. Ces trente dernières années, on peut dire que j’ai pu vivre la comédie et le drame et je suis choyé de pouvoir tiré ma révérence de cette façon aujourd’hui, a imagé Clément.

Un artiste du volleyball

Natif de Saint Pierre et Miquelon, mais élevé en majeure partie à Québec, passionné par les arts et la photographie, ce fils de pêcheur en haute mer a d’abord tenté sa chance aux auditions de l’École nationale de théâtre avant d’entamer sa carrière d’entraîneur de volleyball, en 1986.

Vainqueur de deux championnats nationaux comme joueur juvénile et collégial AAA, il a ensuite raflé quatre médailles d’or aux championnats canadiens comme pilote des Titans de Limoilou, pour finalement prendre la barre du Rouge et Or, en 1992.

Les joueurs, l'entraîneur Pascal Clément et les partisans du Rouge et Or ont vécu de grandes émotions vendredi au PEPS en quart de finale du championnat canadien universitaire

Pascale Clément et ses joueurs célèbrent une victoire aux championnats canadiens, au Peps.

Photo : Rouge et Or de l'Université Laval / Yan Doublet

Ses succès ont été tout aussi retentissants dans les rangs universitaires. Ces 27 dernières saisons, son équipe n’a échappé le championnat québécois que quatre fois, mettant la main sur deux titres nationaux (1994, 2013) et neuf médailles des championnats canadiens.

S’il décide de tourner la page 533 victoires plus tard, c’est entre autres parce qu’il se sent fatigué après plus de trois décennies comme entraîneur.

D’une légende à l’autre

C’est 35 ans de coaching dans le style Pascal Clément. Je suis un bon guerrier. J’ai toujours été plus Dale Hunter que Jean Béliveau, a-t-il expliqué sourire en coin. Je joue du coude. Je donne des coups et j’en reçois aussi.

Lui qui se voyait depuis longtemps prendre sa retraite à 60 ans, il n’a pas caché que la présence de Gino Brousseau, prêt à prendre les rênes du programme après une décennie comme adjoint, l’a incité à devancer ses plans.

Pascal Clément

Pascal Clément en 2010

Photo : Université Laval/Yan Doublet

C’est une décision qu’on a prise ensemble dans l’amitié et le respect. Je passe le flambeau à un Olympien, une légende vivante et mon grand ami, s’est réjoui Pascal Clément, qui demeurera dans le giron du programme de volleyball du Rouge et Or dans un rôle plus administratif.

Ça m'a pris 35 ans pour faire mon coming out et ça a été quelque chose de très important dans ma vie. Bien ça m'a pris 35 ans aussi pour annoncer mon going out.

Gino Brousseau, tatoué Rouge et Or

Joueur vedette du Rouge et Or de 1986 à 1990, Gino Brousseau a connu une longue carrière professionnelle en France, en Italie, au Japon et avec l’équipe nationale canadienne avant de devenir l’adjoint de Pascal Clément, en 2010. Au fil des années, les deux hommes en sont venus à pratiquement entraîner en duo, Clément laissant son bras droit prendre de plus en plus de place.

En ce sens-là, on a un peu révolutionné la façon d’entraîner dans le volleyball universitaire, a pointé Brousseau, jeudi, remerciant son mentor pour son humilité et pour lui avoir permis de grandir comme entraîneur.

Gino Brousseau en 2000

Gino Brousseau en 2000

Photo : La Presse canadienne / Winnipeg Free Press-Phil Hossack

J’ai le Rouge et Or tatoué sur le coeur. C’est dans mon ADN. C’est avec bonheur et fierté que je prends le poste. J’avais le goût, j’étais prêt et maintenant je me lance, a énoncé Brousseau, un membre du Temple de la renommée du volleyball canadien.

Entraîneur adjoint de l’équipe canadienne masculine depuis le printemps, ce dernier désire maintenir les standards d’excellence établis par son prédécesseur, tout en mettant l’équipe à sa sauce.

Il faut dire que la transition se fera en douceur. Avec cinq matchs de saison régulière à jouer, le Rouge et Or se retrouve nez à nez avec les Carabins de l’Université de Montréal au sommet du classement québécois. La saison se terminera vraisemblablement au championnat canadien, mais une cérémonie est prévue en l’honneur de Pascal Clément, le 14 février, pour le dernier match local de la saison, contre les Carabins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Volleyball