•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Femmes autochtones : une campagne qui mise sur leur force

La campagne « Elle est Autochtone » met en avant les accomplissements de femmes autochtones.

Un montage photo montrant différentes femmes autochtones qui sourient ou rient.

La campagne « Elle est Autochtone » veut mettre en avant les forces et les accomplissements de femmes autochtones.

Photo : La campagne « Elle est Autochtone »

Radio-Canada

La réalisatrice Alanis Obomsawin, l'auteure Cherie Dimaline, l'athlète olympique Waneek Horn-Miller, l'avocate Pam Palmater, la chirurgienne Donna May Kimmaliardjuk... voilà quelques exemples de femmes inuit, métisses ou membres des Premières Nations au Canada que souhaite mettre en avant la campagne « Elle est Autochtone ».

La campagne Elle est Autochtone, qui a été fondée par l'Ontario, souhaite que le public reconnaisse ces femmes pour leur force, leur résilience, leur passion, leur sagesse et leurs réalisations novatrices.

La campagne, appuyée par de nombreux groupes autochtones nationaux et provinciaux, est aujourd'hui dirigée par l'organisation nationale représentant des femmes métisses Les Femmes Michif Otipemisiwak (LFMO).

Nous souhaitons changer cette façon de percevoir les femmes autochtones comme des individus vulnérables et à risque. Nous voyons plutôt les femmes autochtones comme des personnes profondément gentilles, ambitieuses et inspirantes, dit Tamsin Fitzgerald, l'analyste principale du groupe Les Femmes Michif Otipemisiwak.

Dans l'espoir de réduire les violences faites aux femmes et aux filles autochtones, Elle est Autochtone s'attaque aux stéréotypes négatifs et veut éduquer les Canadiens quant aux Premières Nations, aux Inuit et aux Métis. Son objectif principal demeure toutefois le soutien aux femmes autochtones en honorant leurs forces et leurs accomplissements.

Depuis que la campagne a débuté en ligne, en juin 2019, près de 100 femmes ont été mises en avant.

Parmi elles, il y a par exemple Celeste Beauchamp, une Kanien'kehá:ka (Mohwak) de Kahnawake âgée de 20 ans.

Cette dernière est coordonnatrice chargée de la réconciliation chez les jeunes pour le groupe Échanges Racines canadiennes à Ottawa.

Mme Beauchamp se réjouit que la campagne se concentre sur les forces des femmes autochtones. Nous sommes très accaparées dans notre résilience. Nous sommes constamment en train de nous battre pour notre communauté, notre territoire et notre langue que nous oublions que nous sommes des êtres accomplis. Nous devons prendre soin de nous et honorer notre pouvoir, soutient-elle.

Tenille Campbell, une poète et photographe dénée et métisse qui a également fait l'objet d'un portrait pour Elle est Autochtone, est elle aussi enthousiaste à l'idée que la campagne se concentre sur les aspects positifs d'être une femme autochtone.

Trop souvent, une des principales façons d'aborder le sujet des femmes autochtones est de parler de nos difficultés. C'est important, mais il existe aussi d'autres choses comme notre joie, nos forces, notre intelligence et nos affinités. Outre notre survie, il y a tellement d'autres aspects liés au fait d'être une femme autochtone, explique-t-elle.

La campagne Elle est Autochtone publie presque tous les jours des portraits de femmes autochtones sur Facebook, Instagram et Twitter. Les organisateurs prévoient continuer ainsi indéfiniment et encourager des femmes à participer à leur campagne en nommant une Autochtone qu'elles connaissent ou en se présentant elles-mêmes.

D'après un article de Jessica Deer

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Société