•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : des chercheurs obtiennent les autorisations pour créer un vaccin

Une infirmière insère une seringue dans une fiole.

Cette semaine, le Centre de recherche sur les vaccins et les maladies infectieuses de l’Université de la Saskatchewan avait fait part de sa volonté de travailler pour trouver un vaccin contre le coronavirus.

Photo : Reuters / Ann Wang

Le Centre de recherche sur les vaccins et les maladies infectieuses de l’Université de la Saskatchewan (VIDO-InterVac) dit avoir reçu les autorisations nécessaires de la part de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) pour commencer à travailler sur un vaccin contre le nouveau coronavirus, appelé 2019-nCoV, découvert récemment en Chine.

Sur son site Internet, l’Université de la Saskatchewan indique que les chercheurs du VIDO-InterVac ont l’intention de faire leurs premiers tests sur des animaux sous peu et espèrent avoir des résultats concluants dans quelques mois.

Nous sommes en discussion avec l’ASPC pour déterminer les prochaines étapes des recherches, mais aussi de la façon dont nous pouvons aider le pays à se préparer pour faire face à la maladie, indique le président-directeur général du VIDO-InterVAC, Volker Gerdts.

En quelques heures, nous avons été autorisés à travailler sur le coronavirus. Je n’ai jamais vu un temps d’attente aussi court [pour obtenir les approbations nécessaires]. Ça montre à quel point les organisations peuvent travailler ensemble [dans de telles situations], poursuit-il.

Le VIDO-InterVac compte notamment utiliser les plans d’ADN du coronavirus dévoilés la semaine dernière par les chercheurs chinois. Ils tenteront également d’importer le virus au pays en provenance de la Chine ou des États-Unis.

Nous avons l’expertise et les installations pour travailler sur les maladies émergentes. Alors, quand nous détectons des épidémies dans le monde, nous pouvons agir rapidement, poursuit Volker Gerdts.

Cette semaine, M. Gerdts avait fait part de sa volonté d’obtenir les autorisations nécessaires pour trouver une solution pour contrer la propagation de ce nouveau type de coronavirus.

Ce dernier a fait 18 morts en Chine et contaminé environ 600 autres personnes.

Deux villes chinoises, Wuhan et Huanggang, ont d’ailleurs été placées en quarantaine, jeudi dans, l’espoir d’enrayer l’épidémie.

Un premier cas du nouveau coronavirus a été confirmé aux États-Unis au cours des derniers jours, après que le coronavirus ait aussi été détecté à Taïwan, au Japon, en Thaïlande et en Corée du Sud.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé

International