•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : les masques s'envolent des étagères dans le Grand Vancouver

Une femme porte un masque.

La communauté chinoise représente à elle seule le quart de la population vancouvéroise, selon les données démographiques du recensement de 2016.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Les Vancouvérois se précipitent dans les magasins pour se procurer des masques antipoussière, depuis la confirmation d'un cas de coronavirus dans l'État de Washington, voisin de la Colombie-Britannique, mais les autorités sanitaires ne recommandent pas forcément leur utilisation.

Dans un magasin de fournitures industrielles de Langley, dans le Grand Vancouver, John Elzinga remarque que les boîtes de masques N95 ont disparu des étagères. Une personne est entrée et a acheté 30 boîtes en même temps, raconte-t-il.

Mercredi matin, il y a eu une grande ruée soudaine. [Les clients] étaient tous à la recherche de la même chose.

John Elzinga, commerçant

Un mot est sur toutes les lèvres de sa nouvelle clientèle, le coronavirus, ce virus qui peut provoquer une pneumonie, de la fièvre, de la toux, des difficultés respiratoires, et a causé la mort de plusieurs personnes en Chine.

Faible risque pour les Britanno-Colombiens

Danuta Skowronski, du Centre de contrôle des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique (BCCDC), ne recommande pas d'utiliser les masques pour se protéger. Il est peu probable, selon elle, que l’agence donne la directive de les porter.

C'est un coût énorme sans aucun bénéfice prouvé, explique-t-elle. 

Elle ne conseille l'utilisation d'un masque facial que dans le cas d’une personne qui présente des symptômes et qui entre dans un établissement de santé pour obtenir des soins. 

Des ambulanciers transportent un homme en civière.

Le nombre de morts de la nouvelle épidémie de coronavirus est passé à six dans la ville centrale de Wuhan en Chine, a déclaré le maire de la ville à la télévision d'État.

Photo : Getty Images

Lors de l'épidémie de SRAS, en 2003, l'Agence de la santé publique du Canada avait demandé à un groupe d'experts médicaux des conseils sur la meilleure façon de se protéger.

Leur rapport a révélé que les masques peuvent offrir une certaine protection, mais qu'il n'existe aucune preuve que les masques bon marché protègent contre les particules du virus, suffisamment petites pour être inhalées dans les voies respiratoires inférieures.

Les masques N95, comme ceux vendus au magasin de John Elzinga, sont plus efficaces, car ils filtrent les particules de taille inférieure à 1 micron et offrent une étanchéité faciale, reconnaît toutefois Mme Skowronski.

Une épidémie surveillée

Mercredi, le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix, a affirmé que son gouvernement surveillait l'épidémie de près.

Le Centre de contrôle des maladies infectieuses de Colombie-Britannique a par ailleurs mis au point un test de dépistage pour le coronavirus.

En Chine, les festivités prévues pour le Nouvel An lunaire, qui devaient débuter vendredi, sont annulées à Pékin et une deuxième ville, Huanggang, sera placée en quarantaine après la ville de Wuhan.

Avec les informations de Michelle Ghoussoub

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !